La création artistique à travers le XXe siècle

August Natterer, Wunder-Hirthe [II] (Le Berger miraculé [II]), 1911-1917. Crayon, aquarelle sur carton, vernis ; 24,5 x 19,5 cm. Heidelberg, Collection Prinzho
August Natterer, Wunder-Hirthe [II] (Le Berger miraculé [II]), 1911-1917. Crayon, aquarelle sur carton, vernis ; 24,5 x 19,5 cm. Heidelberg, Collection Prinzho - © DR. Photo : © Prinzhorn Collection, University Hospital Heidelberg
August Natterer, Wunder-Hirthe [II] (Le Berger miraculé [II]), 1911-1917. Crayon, aquarelle sur carton, vernis ; 24,5 x 19,5 cm. Heidelberg, Collection Prinzho - © DR. Photo : © Prinzhorn Collection, University Hospital Heidelberg
August Natterer, Wunder-Hirthe [II] (Le Berger miraculé [II]), 1911-1917. Crayon, aquarelle sur carton, vernis ; 24,5 x 19,5 cm. Heidelberg, Collection Prinzho - © DR. Photo : © Prinzhorn Collection, University Hospital Heidelberg
Publicité

L'art du XXe siècle redonne vie à une période marquée par deux guerres. "Chercher l'or du temps : surréalisme, art naturel, art brut, art magique" raconte l'histoire de la création artistique de l'époque.

Avec
  • Savine Faupin Commissaire en charge de l'art brut au LaM
  • Christophe Boulanger Attaché de conservation pour l'art brut au LaM

C'est vers 1801, donc pas si longtemps, que Philippe Pinel et Jean-Baptiste Pussin, obtinrent dans l'état d'esprit des Lumières l'abolition de l'entrave des malades mentaux par des chaînes. C'est la période où commença l'extraordinaire exploration de la psyché qui conduisit aux découvertes quelques années plus tard, de Charcot puis Freud.

Dès la fin du XIXe, quelques psychiatres en France, en Italie, en Allemagne, entreprirent, étudièrent avec sérieux et admiration parfois les productions plastiques, les créations de leurs patients. Pour des besoins cliniques certes, de diagnostics par exemple, mais rapidement par considérations esthétiques.

Publicité

Les artistes y furent attentifs, et dès 1910, les oeuvres de ces singuliers furent publiés par eux-mêmes, par les artistes, par exemple  dans l'almanach du "Blaue Reiter" qui était alors l'expression du fameux cercle réunit autour Kandinsky et Franz Marc.

Ces informations inédites ouvrirent aux artistes, qui cherchaient à se défaire eux aussi des chaînes de la convention, de nouvelles possibilités. Un bouillonnement théorique et des débats passionnants, enflammèrent le monde de l'art d'avant-garde, de l'expressionnisme à Dada, et surtout au surréalisme naissant, jusqu'à ce qu'une définition certainement provisoire, imposée par Dubuffet ne fisse naître le fameux terme de l'Art Brut.

Dans l'histoire de ces débats, pèsent particulièrement, la personnalité d'André Breton et de son groupe, qui virent en la folie une clé pour l'ouverture des écluses de l'esprit. Dubuffet, plus jeune à peine, ne voulut pas restreindre son attention au monde psychiatrique mais l'ouvrir à tous ceux qui par leur marginalité avait pu échapper à ce qu'il appelait "l'Asphyxiante culture".

Une exposition vient d'ouvrir au LAM (Villeneuve d'Ascq) et nous raconte une partie de cette histoire, elle s'appelle :
Chercher l'or du temps : surréalisme, art naturel, art brut, art magique (du 14/10 au 29/01/2023)

Lecture des textes : Lara Bruhl

Musiques diffusées :

  • La nourrice américaine par Francis Picabia
  • Coucou bazar par Jean Dubuffet
  • Brut par Jean-Luc Cappozzo
  • 16 Tableaux d'une exposition Salvador Dali (n°2 Jeune fille d'Amportà ; pour piano) par Joanna Bruzdowicz et Tomasz Jocz
  • Sans titre par Anton & Quentin
  • Rengaines / cadence par André Souris
  • Batterie par André Robillard
  • Le diable dans la cuisine parJean-Luc Cappozzo
  • Les notes en bleu / Die Himmelsleiter par Adolf Wölfli et Baudouin de Jaer

Chargée de recherche : Maurine Roy

En partenariat avec BeauxArts Magazine.

L'équipe