Voir le monde avant l’après selon Gloria Friedmann

Autoportrait Gloria Friedmann, 2018
Autoportrait Gloria Friedmann, 2018
Autoportrait Gloria Friedmann, 2018
Autoportrait Gloria Friedmann, 2018
Publicité

Sollicitant souvent la collaboration des animaux à ses œuvres, Gloria Friedmann les appelle les représentants comme s'ils représentaient la force de la nature et qu’ils devaient nous éclairer sur nos destins.

Avec

Dans un autoportrait photographique réalisé en 2018, l’artiste Gloria Friedmann se représente devant un fond de feuillage vert sombre, sa face cachée par un globe terrestre qu’elle tient avec douceur entre ses mains qui se joignent sur la sphère et retiennent les élastiques que nous connaissons bien d’un masque de protection FFP2, seuls ses yeux rieurs et sa chevelure bien connue, émergent du visage de la terre.

Karaoké, 2022. 75 cm x 80 cm x 25 cm.
Karaoké, 2022. 75 cm x 80 cm x 25 cm.
- Photo André Morin

Prémonitoire de ce qui allait advenir de nous, ce portrait était la suite de l’œuvre d’une artiste autodidacte installée en France depuis quarante ans. Photographie, sculpture, performance, architecture, peinture, ses œuvres sont souvent des alertes qui prennent des formes diverses, toujours acides parfois rugueuses dans lesquelles sont montrés, avec un humour pincé, l’absurdité de nos relations avec les animaux, la nature, l’excès de l’exploitation économique que nous faisons du paysage et de la vie.

Publicité

Sollicitant souvent la collaboration des animaux à ses œuvres, elle les appelle les représentants comme s'ils représentaient la force de la nature et qu’ils devaient nous éclairer sur nos destins. Ils apparaissent dans des tableaux vivants où se confrontent leur puissance calme et les paysages exploités par l’industrie .

Tableau Refuge à Villars Santenoge, 1998.
Tableau Refuge à Villars Santenoge, 1998.
- Photo Gloria Friedmann ; ADAGP.

Récemment un cerf magnifique était exposé à l’occasion d’une vaste exposition de Gloria Friedmann au musée Buffon à Montbard. Un cerf splendide, naturalisé, juché sur un cube de journaux, comme s’il bramait l’éphémère des péripéties humaines face au champ profond de la nature... Récemment encore des sculptures de femmes montrées au musée du quai Branly évoquaient l’importance de la pensée animiste qui propose une relation plus fusionnelle, moins distinct avec une nature qui ne serait pas un environnement mais une partie de nous-même.

Une exposition à la galerie Ceysson Bénétière à Paris qui réunit de nombreux travaux récents nous révèle la portée philosophique et plastique des travaux de cette artiste rare et importante.

Avant l'après, Glorian Friedmann du 24/03 au 30/04
Avant l'après, Glorian Friedmann du 24/03 au 30/04
- Ceysson & Bénétière

Gloria Friedmann : Avant l'après du 24 mars au 30 avril 2022

Lecture des textes : Emmanuel Lemire

Musiques et textes diffusés :

  • The Wild de Brian Eno (avec bruitage de cerfs) sur le texte de Vercors
  • Hapless Gatherer de & par Lawrence English (avec bruitage de baleines) sur le texte de George Orwell
  • Waldeinsamkeit de & par Svend Nielsen sur le texte de Jean-Christophe Bailly
  • Mompou de Mouse On Mars (avec bruitage de loups) sur  le texte de Henry David Thoreau 
  • Wald F.X. de Mouse On Mars sur le texte de Henry David Thoreau 
  • Wildbirds de et par Raz Ohara And The Odd Orchestra sur le texte de Emil Nolde

Chargée de recherche : Maurine Roy

En partenariat avec BeauxArts Magazine.

L'équipe