L’énigme autodidacte

Alighiero Boetti, Senza titolo, 1965, encre de Chine sur carton, 100 × 70 cm, collection privée, Modène (Italie)
Alighiero Boetti, Senza titolo, 1965, encre de Chine sur carton, 100 × 70 cm, collection privée, Modène (Italie) - © Adagp, Paris 2021
Alighiero Boetti, Senza titolo, 1965, encre de Chine sur carton, 100 × 70 cm, collection privée, Modène (Italie) - © Adagp, Paris 2021
Alighiero Boetti, Senza titolo, 1965, encre de Chine sur carton, 100 × 70 cm, collection privée, Modène (Italie) - © Adagp, Paris 2021
Publicité

L’énigme autodidacte avec Charlotte Laubard, commissaire de l’expo et Aurelie Voltz, directrice du musée du 9 octobre au 3 avril au MAMC de Saint Etienne

Avec

« Brutes ! flibustiers ! moules à gaufres ! écraseurs ! autodidactes !» Oui, dans ces fameuses insultes que prononce le capitaine Haddock commandant du karaboudjan figure le mot « autodidacte ».

Autodidacte, le fait d’apprendre par soi-même, sans la structure donc d’un enseignement officiel ou académique. Une injure donc choisi par Hergé et, en tout cas, longtemps une limite dans les possibilités d’appréciation d’un créateur.

Publicité
Jean-Pierre Raynaud, Sens interdit, 1962, bois et tôle émaillée, Centre national des arts plastiques / Fonds national d’art contemporain
Jean-Pierre Raynaud, Sens interdit, 1962, bois et tôle émaillée, Centre national des arts plastiques / Fonds national d’art contemporain
- © Adagp, Paris 2021

Les jugements à l’égard de la création on jusqu’au XXe siècle mis comme conditions d’entrée dans la culture officielle le métier, la maitrise des grands sujets et des techniques. Amateurs, singuliers, aliénés ou pas, étaient maintenus à l’écart de l’art et ne devaient qu’à une certaine curiosité pour le monstrueux ou l’aberration de retenir parfois quelque attention. Evidemment dès la fin du XIXe cette curiosité un peu scientifique, un peu esthétique se porte sur la création des excentriques des fous ou des naïfs. Il faudra attendre les années vingt pour que de grands créateurs internés comme Adolf Wölfli soient qualifiés d’artistes. Cela changea tout, comme le permirent aussi l’interêt pour ces territoires inexplorés des surréalistes et surtout la théorisation poétique de l’art brut par Jean Dubuffet qui inclua dans l’art, mais contre la culture dominante, des artistes considérés comme plus vrai car non asphyxié par les dogmes étouffants des conventions.

Le sujet dont nous allons parler déborde cette question fascinante de l’art brut. Il s’agit de « l’art autodidacte » qui inclut beaucoup de particularités biographiques d’artistes marginaux ou non, isolés ou non, reconnus ou non mais qui en ayant la particularité de l’autodidaxie (le fait d’avoir appris par eux-mêmes) seraient parvenus a une création d’une nature particulière. Dans l’exposition du musée de Saint Etienne qui s’intitule l’énigme autodidacte, les artistes retenus sont parfois des créateurs plutôt isolés des milieux de la culture, comme le facteur cheval ou Judith Scott ou Miroslav Tichý, ou, au contraire, parfois des célébrités du système de l’art contemporain comme Yves Klein, Filliou ou Boltanski. Ils auraient, en étant plus affranchis que d’autres par leur biographie du poids des conventions, atteint une capacité poétique innovante qui leur aurait permis d’élargir les possibilités de notre conscience de ce qu’est l’art.

Justine Emard avec Alter et Alter 2 développés par Ishiguro Lab, université d’Osaka et Ikegami Lab, univ de Tokyo, Soul Shift, 2018, installation vidéo 6 mn
Justine Emard avec Alter et Alter 2 développés par Ishiguro Lab, université d’Osaka et Ikegami Lab, univ de Tokyo, Soul Shift, 2018, installation vidéo 6 mn
- collection de l’artiste © Adagp, Paris 2021

Lecture des textes : Lara Rougon Bruhl

Musiques et textes diffusés :

  • JEAN DUBUFFET - Coucou bazar
  • RENE LUSSIER - Art brut (hommage à Marcel Landreau)
  • JEAN DUBUFFET - Coucou bazar
  • JEAN DUBUFFET - Coucou bazar
  • RENE LUSSIER - Art brut (hommage à Marcel Landreau)
  • JEAN DUBUFFET - Temps radieux

Chargée de recherche : Maurine Roy

En partenariat avec BeauxArts Magazine.

L'équipe