Skyphos, Ulysse sur un radeau d’amphores sous le souffle de Borée, céramique à figures noires © Ashmolean Museum, Oxford - Ville de Marseille
Skyphos, Ulysse sur un radeau d’amphores sous le souffle de Borée, céramique à figures noires © Ashmolean Museum, Oxford - Ville de Marseille
Skyphos, Ulysse sur un radeau d’amphores sous le souffle de Borée, céramique à figures noires © Ashmolean Museum, Oxford - Ville de Marseille
Publicité
Résumé

Les "objets migrateurs" ont toujours existé, qu'il s'agisse d'hommes, de dieux, d'idées, de langues, de musiques, de pratiques culinaires ou autres.

avec :

Barbara Cassin (philosophe, philologue, directrice de recherche au CNRS et Académicienne), Nicolas Misery (Directeur des Musées de Marseille).

En savoir plus

Comme les vivants humains, ou oiseaux par exemple, ou comme les langues et les mots venus d’ailleurs et que l’on retrouve ici ou là, adoptés par des populations troublant et vivifiant les idiomes, comme les dieux qui étendent parfois leur pouvoir et leur représentation d’une culture à l’autre quitte à s’hybrider, se modifier, comme tout cela et comme nous-mêmes, les objets, les formes circulent d’un espace, d’une géographie ou d’une temporalité à une autre. Hybridation, influence, contamination, fécondité en tout cas de ces flux de connaissances et de formes qui se mêlent dans le visible des objets d’hier et d’aujourd’hui.

A Marseille, Massalia depuis 2600 ans, comme dans beaucoup de grands ports ces enrichissements caractérisent l’identité de la ville.

Publicité
la Vieille Charité, nichée au cœur du Panier (13002 Marseille). Bâtiment édifié au XVIIᵉ siècle, sur les plans de Pierre Puget
la Vieille Charité, nichée au cœur du Panier (13002 Marseille). Bâtiment édifié au XVIIᵉ siècle, sur les plans de Pierre Puget
- Ville de Marseille

L’exposition Objets migrateurs, trésors sous influences que l’ont peut voir dans l’écrin sublime de la Vieille Charité raconte ces biographies d’objets, d’attitudes, de croyances, de formes et ce faisant, transforme notre curiosité esthétique pour considérer les œuvres non pas seulement dans le surgissement d’une beauté nouvelle inventé par un artiste mais en tentant de l’enrichir de l’itinéraire des signes qui la composent. Trésors rassemblés empruntés dans les plus grands musées comme ceux venus des collections de Marseille : stèles égyptiennes ou vase grecs, tableaux classiques, sculptures modernes, photographies, installations, témoignent d’une autre façon d’envisager la taxinomie parfois très stricte des musées.

Pour en parler :

  • Barbara Cassin,  commissaire générale de cette exposition
  • Nicolas Misery, nouveau directeur des musées de Marseille pour lequel cette exposition est peut être un manifeste des orientations qu’il souhaite donner aux musées de sa ville.

Lecture des textes : Emmanuel Lemire

Musiques diffusées :

  • Anxious Objects par Ken Butler
  • Crysallis par Michel Redolfi
  • Funeral Lamento par Isis

Chargée de recherche : Maurine Roy

En partenariat avec BeauxArts Magazine.

Références

L'équipe

Jean de Loisy
Jean de Loisy
Jean de Loisy
Production