Trois chiens devant une antilope Jean-Baptiste Oudry Huile sur toile Irlande, Russborough House
Trois chiens devant une antilope Jean-Baptiste Oudry Huile sur toile Irlande, Russborough House - © Alfred Beit Foundation
Trois chiens devant une antilope Jean-Baptiste Oudry Huile sur toile Irlande, Russborough House - © Alfred Beit Foundation
Trois chiens devant une antilope Jean-Baptiste Oudry Huile sur toile Irlande, Russborough House - © Alfred Beit Foundation
Publicité

Le domaine royal de Versailles fut le théâtre d’une foisonnante vie animale qui redouble et déborde celle des humains.

Avec
  • Nicolas Milovanovic Conservateur en chef, département des Peintures, au musée du Louvre
  • Alexandre Maral Historien de l'art

Présents dans la vie quotidienne de la cour, animaux domestiques, chiens, chats, oiseaux encagés ou petits singes égaient princes, princesses, favorites et courtisans. Ils ajoutent leur vivacité aux deux mille chevaux présents dans les écuries du roi, aux 300 chiens de la vènerie, aux cerfs, daims, sangliers, faisans retenus ou lâchés dans les forêts voisines pour le rituel royal de la chasse. À cela, s’ajoutent les milliers d’animaux exotiques réunis dans l’immense ménagerie aménagée par l’architecte Levau pour le Roy collectionneur des plus rares ou simplement des plus belles variétés.

Chat angora blanc, guettant un papillon, Jean-Jacques Bachelier (v. 1761), huile sur toile & Chien à la jatte, Jean-Baptiste Oudry (v. 1751), huile sur toile
Chat angora blanc, guettant un papillon, Jean-Jacques Bachelier (v. 1761), huile sur toile & Chien à la jatte, Jean-Baptiste Oudry (v. 1751), huile sur toile
- Seham Boutata

Mais cela serait bien peu s’il ne fallait y ajouter les savantes et très soignées représentations qui font que sculptures, décors, peintures, jardins, célèbrent partout la vie animale. Mais pourquoi et quels regards sur cette nature. Chaque animal y est un symbole, chaque peinture une réflexion sur la conscience, l’expression, chaque ensemble est peut-être un point de vue sur l’organisation des sociétés. Alors animaux mythologiques, représentations politiques, animaux prétextes, animaux simples machines, esclaves insensibles des labeurs quotidiens ou êtres capables d’émotions ?

Publicité
Alexandre le Grand offrant des animaux à son professeur Aristote (1672-1679), huile sur toile, Jean-Baptiste de Champaigne
Alexandre le Grand offrant des animaux à son professeur Aristote (1672-1679), huile sur toile, Jean-Baptiste de Champaigne
- Seham Boutata

Si l’exposition "Les animaux du Roy" nous fait découvrir les beautés que les artistes engagés à cette fin exclusive, inventent pour célébrer cette nature admirée, en ces chefs-d’œuvre raisonnent aussi les débats et les mutations de la sensibilité à l’égard du monde animal, débats bien proches de ceux que notre société aujourd’hui se pose à son tour.

Tête de cerf bizarre sur un mur de pierre (détail), Jean-Baptiste Oudry, huile sur toile
Tête de cerf bizarre sur un mur de pierre (détail), Jean-Baptiste Oudry, huile sur toile
© Radio France - Seham Boutata

Lectures des textes : Lara Bruhl

Musiques diffusées :

  • HENRY MANCINI - Glass menagerie - part I
  • CHASSOL - Birds  Pt. II
  • GIOACCHINO ROSSINI - Duetto buffo di due Gatti
  • Animal Farm - Hund - Stefano Giannotti
  • Animal Farm - Nachtigall - Stefano Giannotti
  • JEAN PHILIPPE RAMEAU - Nouvelles suites de pièces de clavecin (1728) - 17. La Poule (interprète : BLANDINE RANNOU)
  • CAMILLE SAINT SAENS - Le carnaval des animaux : Personnages à longues oreilles
  • BELA BARTOK - Petites pièces SZ 82 pour piano : Marche des animaux
  • CAMILLE SAINT SAENS - Le carnaval des animaux : Volière

Chargée de recherche : Maurine Roy

En partenariat avec BeauxArts Magazine.

L'équipe