Ary Scheffer, (1795-1858), La Tempête, vers 1820, huile sur toile, 35,5 x 51,5 cm
Ary Scheffer, (1795-1858), La Tempête, vers 1820, huile sur toile, 35,5 x 51,5 cm
Ary Scheffer, (1795-1858), La Tempête, vers 1820, huile sur toile, 35,5 x 51,5 cm  - Paris © Musée de la Vie romantique / Roger-Viollet
Ary Scheffer, (1795-1858), La Tempête, vers 1820, huile sur toile, 35,5 x 51,5 cm - Paris © Musée de la Vie romantique / Roger-Viollet
Ary Scheffer, (1795-1858), La Tempête, vers 1820, huile sur toile, 35,5 x 51,5 cm - Paris © Musée de la Vie romantique / Roger-Viollet
Publicité
Résumé

Puissantes sources d’inspiration de l’univers romantique, le plaisir des gouffres excite l’imagination des artistes et offrent aux regardeurs des frissons.

avec :

Gaëlle Rio (Commissaire d'exposition et directrice du musée de la Vie romantique), Clément Mao-Takacs.

En savoir plus

Alors que le vent furieux de l’histoire passe sur l’Europe, alors que la révolution française, puis les chevauchées napoléoniennes agitent un voile sanglant et lyrique sur les âmes et les corps, alors qu’un monde pastorale va disparaître dans les brasiers des forges de la société industrielle naissante, un goût curieux, dès la fin du XVIIIe siècle, ébroue la brosse des peintres. Le sublime. Le plaisir des gouffres, l’effroi qui excite l’imagination et transmet un délicieux frisson aux regardeurs. Burke, Kant, Schelling ont décrit ce sentiment où la puissance des manifestations de la nature donne à l’homme sa juste proportion, infime et impuissante et ce spectacle saisissant emporte dans sa force l’admiration et la sensation.

Joseph Vernet, (1714-1789), Le Naufrage, inv. 2019.1.18, Dépôt de l'État de 1898, transfert de propriété de l'État à la ville de Troyes, 2019, huile sur toile, 76 x 101 cm, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, Troyes.
Joseph Vernet, (1714-1789), Le Naufrage, inv. 2019.1.18, Dépôt de l'État de 1898, transfert de propriété de l'État à la ville de Troyes, 2019, huile sur toile, 76 x 101 cm, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, Troyes.
- Photo Carole Belle, Ville de Troyes
Pierre-Emile Berthélémy (1818-1894), Après la Tempête, huile sur toile, 128 x 210 cm, Musée des Beaux-Arts de Rouen
Pierre-Emile Berthélémy (1818-1894), Après la Tempête, huile sur toile, 128 x 210 cm, Musée des Beaux-Arts de Rouen
- © C. Lancien, C. Loisel / Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie
Gustave Courbet, (1819-1877), La Trombe. Etretat, vers 1869-1870), huile sur toile, 54 x 80 cm, Musée des Beaux-Arts de Dijon
Gustave Courbet, (1819-1877), La Trombe. Etretat, vers 1869-1870), huile sur toile, 54 x 80 cm, Musée des Beaux-Arts de Dijon
- © Dijon, musée des Beaux-Arts, François Jay

Un sujet, alors que la puissance maritime française décline, après la mort du Bailli de Suffren, après Trafalgar et avant la vapeur qui va apparaître, exprime cette fascination, c’est la tempête. La tempête, cette soeur fauve de la bataille, comme le dit Victor Hugo. Tempêtes et naufrages est le thème de l’exposition du musée de la Vie romantique à Paris qui va s’ouvrir dans quelques heures et qui réunit dans cette période romantique des chefs-d’œuvre sur ce thème.

Publicité
Eugène Boudin, (1824-1898), Un grain, 1886, huile sur toile, 117 x 160 x 3 cm, Musée de Morlaix
Eugène Boudin, (1824-1898), Un grain, 1886, huile sur toile, 117 x 160 x 3 cm, Musée de Morlaix
- © Musée de Morlaix, Musée de France

Alors, que les artistes veulent-ils signifier avec ce sujet qui s’impose à cette période ?  Trouvent-ils dans les agitations de la matière les sources de l’art moderne ? Y décrivent-ils les tourments de l’âme, le souffle de l’inspiration, le déchainement des passions ?

François Nicolas Feyen-Perrin, (1826-1888), Après la tempête, avant 1865, pastel sur papier marouflé sur toile, 59,3 x 117,2 cm, Musée des Beaux-arts de Rennes
François Nicolas Feyen-Perrin, (1826-1888), Après la tempête, avant 1865, pastel sur papier marouflé sur toile, 59,3 x 117,2 cm, Musée des Beaux-arts de Rennes
- Photo © MBA, Rennes, Dist. RMN-Grand Palais / Adélaïde Beaudoin 

Lecture des textes : Michaël Cohen

Chargée de recherche : Maurine Roy

En partenariat avec BeauxArts Magazine

Références

L'équipe

Jean de Loisy
Jean de Loisy
Jean de Loisy
Production
Laurence Millet
Réalisation
Seham Boutata
Collaboration