France Culture
France Culture
Publicité

de Xavier d'Arthuys et Christine Diger

Armand Gatti
Armand Gatti
© Radio France - Christine Diger

On pourrait rappeler la biographie d'Armand Gatti, elle ne tiendrait pas en dix volumes.

Publicité

L'homme a mille visages, mille vies, mille passions mais en fait sa seule passion c'et cette femme qui est partie et à qui, toujours, à tous les instants, il raconte sa vie, la vie et la langue des pigeons….

"On ne triche pas avec le temps. Ce n'est pas une raison pour se soumettre à ses lois…" dit Armand Gatti, le condamné à mort de 1943.

"Depuis vingt ans parachutiste, mais d'où Diable tombait il ?" déclarait Henri Michaux. La question est à tout instant d'actualité quand on pense à l'auteur de l'enclos. Cet enclos dont il sortait toujours pour y rentrer. Comme un animal blessé, chien sans collier, attaché à rien, "livré" à tout…

Il est fils de balayeur et de femme de ménage.

Il est journaliste, écrivain, parachutiste, résistant, homme de théâtre, poète, globe trotter, cinéaste, émigré, vagabond et quoi d'autre…. amoureux des pigeons et des femmes…Et de l'Amérique latine.

Il s'appelle en fait Dante (son prénom d'état civil).

"Le matin s'est levé sur ce moment juste… Peut être allons nous mourir dans quelques heures, mais si l'aventure devait s'arrêter là, ma vie était remplie. J'avais fait les rencontres essentielles. J'avais vécu ce qu'il y avait de vraiment important dans la vie. Plus tard je me suis aperçu que la vie était faite de ce type de rencontre. Le reste, ce n'est que du temps qui s'écoule."

L'Amérique latine, comme une partie de lui même.

Sa passion pour cette partie du monde commence au Guatemala avec l'Indien Felipe parlant une langue inconnue.

Les Mayas, ces peuples de culture, ces bâtisseurs de mondes.

Et puis Cuba avec ce film improbable EL OTRO CRISTOBAL. Sa rencontre avec Fidel et le Che.

C'est un film réalisé dans des conditions dignes d'Armand Gatti, en pleine époque post révolutionnaire à Cuba quand le monde entier pensait que c'était enfin là où les lendemains allaient chanter…

Le sujet : le dictateur Anastasio tente de renverser le dieu Olofi, chef suprême du ciel. Mais un prisonnier politique, Cristobal et es amis, vont libérer le ciel avant de revenir au bonheur terrestre…

Conte philosophique s'il en est. D'habitude (et les habitudes Armand Gatti n'aime pas !) on part de la terre, pauvre carcasse pour implorer le ciel… Là on envahit le ciel pour transformer la terre. Les dieux sont renversés, les "mouches" (pour employer une terminologie sartrienne !) sont mortes. Vive la vie et la terre.

Armand Gatti est toujours là, entre Rimbaud et Mallarmé.

Et puis ses mystères et puis ses mensonges.

Et puis la Parole, l'arme absolue contre le temps, la mort et le crime.

Remerciements :Fonds d'Archives d'Armand Gatti

http://www.archives-gatti.org http://www.armand-gatti.org http://www.la-parole-errante.org

La Parole errante et en particulier Tiffany Anton et Jean- Jacques Hocquard.

L'équipe