France Culture
France Culture
Publicité

Une émission de Guillaume Leingre

Ecrite avec Audrey Kirmiz

Publicité

Réalisation Nathalie Salles

Prises de son Jean-Marie Porcher, Christophe Goudin, Ivan Turk

Mixage Stéphane Demon

Avec Francesca Pollock, Laurie Laufer, Yann Colette, Hervé Télémaque, Sarah, Anne, David, Pierre Bismuth et Jean-Pierre Winter.

Johnny Guitar
Johnny Guitar

Que voit le patient chez son psychanalyste ? Qu’y a-t-il en face du divan ? Ou sur le côté ? Quel est le « cadre » ? Tableau, gravure, photo, fenêtre, papier peint, bibliothèque. Est-ce important ? Que retient la mémoire ? Comment l’inconscient se fixe ou non sur un objet ? Un bouquet de fleurs ? Un tableau de Poussin ? Une ampoule qui s’éteint ? A partir d’une image vue depuis le divan (« dit vent ») l’imaginaire se met en marche. A moins que les paupières ne soient closes. Le patient ferme les yeux.

L’inconscient existe. Personne ne l’a vu. Personne ne sait où il est. Et pourtant. « Je regarde sur ma droite » dit Anne. « Je regarde les mots » dit une psychanalyste.

« Je parle aux murs » disait Lacan. Les objets s’animent.

Derrière les paroles la voix de Peggy Lee murmure la chanson Johnny Guitar.

JOHNNY GUITAR Peggy Lee

(Victor Young / Peggy Lee, 1954)

Play the guitar, play it again, my Johnny

Maybe you’re cold, but you’re so warm inside

I was always a fool for my Johnny

For the one they call Johnny Guitar

Play it again, Johnny Guitar

Whether you go, whether you stay, I love you

What if you’re cruel, you can be kind I know

There was never a man like my Johnny

Like the one they call Johnny Guitar

L'équipe