Publicité
En savoir plus

P **ar Sophie Nauleau & Marie-Laure Ciboulet **

Avec Pierre-Alexis Dumas, Kamel Boudra, Jan Tops, Jennifer Dodeuil, Menehould de Bazelaire, Jérôme Garcin, Christophe Cuyer, Gérard Longis, Thierry Grisard, Geoffroy de Thoisy, Xavier Coupel, Olivier Navarro, Michel Robert, Kevin Staut, Roger-Yves Bost, Michael Whitaker, Marcel Rozier, Patrice Delaveau, Jean-Louis Sauvat, Sabrine Delaveau, Luciana Diniz… & deux fois plus d’hommes de piste, d’écurie, de grooms et de chevaux ** Prise de son sous la verrière du Grand Palais autant que sur le macadam des Champs Elysées : Laurent Lucas**

Publicité

Mixage de retour en studio : Alain Joubert

C’est un *Atelier de la création * cavalier. Ascendant et cavalier.

Un Atelier de la création composé à partir des trois jours du Concours International de Saut d’Obstacles qui s’est tenu sous le Dôme du Grand Palais les 16, 17 et 18 mars derniers.

Soit « des chevaux et des hommes » en plein Paris, non loin des chevaux de Marly cabrés du Louvre, et sous cette immense verrière conçue d’emblée, lors de l’Exposition universelle de 1900, pour accueillir des épreuves hippiques, de vitesse, d’attelage et autres carrousels. Et conçue pour durer.

Le sable est donc de retour sous les 6000 tonnes d’acier de cette cathédrale de verre, laissant le soleil jouer de la lumière et des nuages à même le sol, et les ombres courir sur le vert réséda des dentelles de métal. Une piste éphémère sous la plus grande nef à ciel offert d’Europe. Une arène vouée au jumping de très très haut niveau, sous le parrainage de la maison Hermès, et le double quadrige fougueux et triomphant sculpté par Récipon pour donner l’élan et le ton envolé dès les toits du Levant.

Oxers, droits, Spa, murs, ou encore un cheval à bascule fait de simples barres peintes à l’horizontal se succèdent selon un tracé à apprendre et à réaliser, sur des hauteurs à faire rêver autant que peur. Tout un parcours d’une quinzaine d’obstacles à 1 mètre 60, qui consacre cette discipline du jumping comme un art de précision et de haut vol. Un art à deux, où jeter son cœur ensemble à chaque battue, et cadencer son souffle de centaure autant que ses foulées.

Vous voici embarqués sur les meilleurs chevaux du monde, micro cravate à la veste des meilleurs cavaliers du moment, pour des épreuves « cinq étoiles » dans la plus belle capitale du monde. Alors écoutez ces chevaux débarquer sur les Champs Élysées, après Göteborg ou Hong Kong et avant Doha, Mannheim ou encore les Jeux Olympiques de Londres. Jugez de leur mental, de leur courage, et de leur grâce à sauter des montagnes.

Oui, en plus de la parole des êtres passionnés qui les entourent (grooms, cavaliers, palefreniers, vétérinaires, chef de piste, commissaires au paddock, maréchaux-ferrants, propriétaires et autres spectateurs pas milliers…), entendez le son pur et vibrant de leurs mouvements. Découvrez-les à folle allure ou au repos, sans un mot, ces athlètes aux oreilles en alerte. Et suivez chacun de leurs cavaliers, presqu’aussi taiseux, qui sans le savoir ne cessent de sauter dans l’oxymore : galopant des quatre fers dans un même équilibre à la fois piano et furioso .

Silvana HDC sous la selle de Kevin Staut et le regard des hommes de piste
Silvana HDC sous la selle de Kevin Staut et le regard des hommes de piste

Petit lexique

Barème :

Il permet d’évaluer la performance des compétiteurs et d’établir le classement à l’issue de l’épreuve. Dans les parcours au Barème A, les fautes sur les obstacles engendrent des points de pénalité auxquels viennent s’ajouter d’éventuelles pénalités de temps dépassé (1 point pour 4 secondes). Dans les parcours au Barème C, les fautes sur les obstacles sont pénalisées en secondes, qui sont ajoutées au temps mis à effectuer le parcours.

**Barrage : **

Il se dispute à l’issue d’une épreuve pour départager les concurrents *ex æquo * en tête lors d’un premier parcours. Il se déroule au chronomètre, sur les mêmes obstacles que le parcours initial en nombre réduit – le tracé est modifié.

Barre de Spa :

Cet obstacle créé à Spa, en Belgique, au XIXème siècle, est composé de 3 à 6 barres disposées en oblique.

Classement :

À l’issue d’une épreuve, le classement reflète les performances des compétiteurs engagés. Il détermine la récompense qui sera attribuée à chacun des concurrents. Le vainqueur remporte une somme d’argent n’excédant pas le tiers de la dotation totale de l’épreuve, et les participants figurant dans le premier quart du classement sont récompensés selon un tarif dégressif.

Chef de piste :

Il conçoit les parcours en dessinant le tracé, choisissant les obstacles et imaginant les difficultés : obstacles séparés par des distances compliquées pour les chevaux, enchaînement d’obstacles larges, tournants serrés, etc. Le chef de piste doit tenir compte du niveau de l’épreuve, de son barème et du règlement. Il s’attache ainsi à doser les difficultés pour favoriser la sélection des meilleurs, tout en permettant à tous les concurrents de terminer le parcours.

Dérobade :

Le cheval évite l’obstacle en passant à côté. La dérobade coûte 4 points. Le chronomètre continue de tourner pendant que le cavalier revient sauter l’obstacle.

Double :

Combinaison de deux obstacles, verticaux ou larges, séparés par une ou deux foulées de galop. Quand il y a refus ou dérobade, le cavalier doit franchir une nouvelle fois les deux obstacles. On rencontre aussi des “triples”, qui sont composés de trois obstacles et imposent les mêmes règles de franchissement.

Élimination :

La chute du cavalier ou du couple cavalier- cheval ainsi qu’une seconde désobéissance (refus ou dérobade) sont éliminatoires. En cas de seconde désobéissance, le cavalier est autorisé à sauter un obstacle avant de quitter la piste afin de ne pas laisser son cheval sur un échec.

Faute :

Lorsqu’une barre tombe, que le cheval passe à côté de l’obstacle (dérobade) ou qu’il s’arrête au lieu de sauter (refus), il y a “faute”. Chaque faute implique une pénalité de 4 points ou d’un certain nombre de secondes. *“J’ai fait une barre” * : expression cavalière pour signifier que le concurrent a fait tomber une barre d’obstacle et terminé son parcours avec 4 points.

Oxer :

Terme anglais qui vient de *“ox-fence” * : les barrières de pâture étaient utilisées pour faire sauter les chevaux... C’est un obstacle large composé de deux éléments, dont le premier peut être plus petit (oxer montant) ou de même hauteur (oxer carré). Dans un oxer, la largeur peut être plus importante que la hauteur. On appelle aussi “obstacle en éventail” un oxer construit sur 2 ou 3 plans de hauteurs progressives. L’oxer polonais propose des barres en croix ou en oblique à la place des barres horizontales.

Paddock :

À l’origine, ce terme anglais désigne la piste d’entraînement. C’est le terrain sur lequel les cavaliers ou les grooms détendent les chevaux avant leur parcours et les laissent récupérer après la compétition. La “détente” est le terme utilisé pour décrire la phase d’échauffement musculaire du couple cavalier-cheval. Deux obstacles au moins sont mis à disposition des cavaliers : un vertical et un oxer dont la hauteur ne doit pas dépasser celle des obstacles de la compétition.

Vertical :

Également appelé “droit”, c’est un obstacle composé d’au moins deux barres disposées sur un même plan vertical

Reconnaissance :

Une fois le parcours d’obstacles mis en place, la piste est dite “ouverte à la reconnaissance”. Les cavaliers (sans leur monture), leurs entraîneurs, les juges, le chef de piste et quelques invités parcourent le tracé afin de le mémoriser et mesurent à grandes enjambées le nombre de foulées entre les obstacles rapprochés. C’est l’occasion pour les compétiteurs d’affiner leurs trajectoires et de repérer d’éventuels “raccourcis” susceptibles de leur faire gagner du temps.

Refus :

Lorsque le cheval s’arrête devant un obstacle, il y a “refus”. Les causes de refus sont variées : obstacle ou soubassement inquiétant, cheval en déséquilibre, manque de cadence, couleur des barres difficiles à apprécier, etc. Un refus est pénalisé de 4 points. Si le cheval détruit l’obstacle en s’arrêtant dedans, le chronomètre est arrêté le temps de sa reconstruction.

Références

L'équipe

Inès de Bruyn
Collaboration
Yaël Mandelbaum
Collaboration