I have a dream (traduit en français par « Je fais un rêve ») est le nom donné au discours prononcé le 28 août 1963 par le pasteur et militant américain Martin Luther King, devant le Lincoln Memorial
I have a dream (traduit en français par « Je fais un rêve ») est le nom donné au discours prononcé le 28 août 1963 par le pasteur et militant américain Martin Luther King, devant le Lincoln Memorial ©AFP
I have a dream (traduit en français par « Je fais un rêve ») est le nom donné au discours prononcé le 28 août 1963 par le pasteur et militant américain Martin Luther King, devant le Lincoln Memorial ©AFP
I have a dream (traduit en français par « Je fais un rêve ») est le nom donné au discours prononcé le 28 août 1963 par le pasteur et militant américain Martin Luther King, devant le Lincoln Memorial ©AFP
Publicité

Variations autour du discours de Martin Luther King, prononcé le 28 août 1963, devant quelque 250 000 personnes, lors de la « Marche sur Washington pour la liberté et l’emploi ».

Si toutes les époques ont leur défi, le nôtre, c’est de ne pas renoncer à l’idée que la langue est l’instrument dans lequel on pense le monde.

Danielle Sallenave

Publicité
35 min

Variations autour du discours de Martin Luther King, prononcé le 28 août 1963, devant quelque 250 000 personnes, lors de la « Marche sur Washington pour la liberté et l’emploi ».

Discours d’environ 16 minutes avec les applaudissements, soit une dizaine de pages improvisées que l’Histoire a appelée : *« I have a dream » * / J’ai fait un rêve.

Les Variations MLK comprennent une version polyglotte du discours, « I have a dream », trouée de résonances avec aujourd’hui, d’échos de langues lointaines, et de mon enfance passée rue Pasteur-Martin-Luther-King.

Les Variations MLK rendent hommage aux hommes et aux femmes de bonne volonté, à la compréhension des peuples et de leur langue.

Avec les voix de Martin Luther King, Liora Someck, Serge Kaminsky, Pablo Valero, Jean Aly, Pascal Dupont, Lisa Morisson, Ilda, Mario Urbanet, Michel Pauthier, Jeanne Daval, Chen Xiuwen, Alain Béziel, Khalid Mejnaoui, Franck Dorange, Katerina Dimitropoulou, Marie-Berthe Bornens, Irene Clara, Hamza Mejnaoui, Ronny Someck, Laetitia Carton, Hanane Eljalaoui, Sofia Miguélez, Léa Duchatel, Jae Song-Noyer, Geertruida de Boer, Jean-Paul Savignac, Lucie Landa, Hocine Boukella, Bastien Le Guillou, Denisa Kerschova, Sylvie Gasteau, Marc Noyer, Sonia Monniot, Marian Bitlan, Gaëtan Dupenher, les élèves du collège Martin-Luther-King à Buc…

Et Djibi du collège Blaise-Pascal à Plaisir, Lanza del Vasto (Larzac 74), Valéry, Kazem Shahryari, Gérald Bloncourt, Wasaburo, Anders du collège MLK à Buc, Robert Kennedy, Zindzi Mandela et, pour les souvenirs de la rue Martin-Luther-King, l’ami d’enfance Alain Degois, made in Trappes.

« Le rêve de Djibi », musique de François Petit , « Pierrot », avec André Minvielle au chant.

Le thème des souvenirs est extrait d’ « Agamemnon », danse de Jean-Jacques Lemêtre pour les Atrides du Théâtre du Soleil, « Je suis Parisien » d’Anders, accompagné d’Alabama de John Coltrane.

Remerciements : Maison de la Poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines, élèves et professeurs des collèges Martin-Luther-King à Buc et Blaise-Pascal à Plaisir, Gérard Mouret, Lionel Bontemps, François Coutin, Corinne Le Brun, Bruno Doucey, Annie Toussaint, Interzone Orchestra, Uppercut, la Cavale et Bernard Hugo, ancien maire de Trappes.

Musique originale, composée et jouée par Christophe Monniot

Réalisation : Alain Joubert, Pierre Pauthier, Sylvie Gasteau