Valéry Giscard d'Estaing en meeting à Perpignan , le 29 avril 1974
Valéry Giscard d'Estaing en meeting à Perpignan , le 29 avril 1974
Valéry Giscard d'Estaing en meeting à Perpignan , le 29 avril 1974 ©AFP
Valéry Giscard d'Estaing en meeting à Perpignan , le 29 avril 1974 ©AFP
Valéry Giscard d'Estaing en meeting à Perpignan , le 29 avril 1974 ©AFP
Publicité
Résumé

Les grandes kermesses politiques connaissent un renouveau depuis leur diffusion sur les chaînes d'information en continu et les réseaux sociaux. Mais le rôle des meetings dans les campagnes électorales a-t-il réellement changé ces dernières années ?

avec :

Thierry Saussez (Conseiller en communication), Ingrid Therwath, Claire Sécail (Chargée de recherches au CNRS, Laboratoire Communication et Politique), Yaël Goosz (Journaliste).

En savoir plus

Une foule rassemblée autour d’un candidat et de son équipe et vibrant à l’unisson avec lui, des cris d’impatience, puis de joie, des envolées lyriques et des bravades saluées par le public : ce sont quelques-uns des ingrédients d’un meeting réussi, ces rendez-vous démocratiques très codifiées qui sont redevenus à la mode.

Jamais la politique n’a fait l’objet d’une telle défiance, et paradoxalement, des milliers d’anonymes se pressent, par conviction ou par simple curiosité, pour aller voir ces candidats honnis et adulés, ou regardent ces meetings de plus en plus géants à la télévision.

Publicité

Des meetings, on ne retient généralement que la dimension spectaculaire, démonstration de force ou concours de petites phrases des candidats ayant pour objet d’être reprises dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Pourtant, leur rôle démocratique est essentiel à travers la mise en scène d’un espace public idéal dans lequel l’opinion n’est jamais hostile mais forme au contraire un peuple de citoyens uni dans une communion muette avec l’orateur.

Réfléchir aux meetings, c’est s’interroger sur leur nouvelle popularité, notamment du fait de l’intrusion des caméras de télévision et des mass médias dans leur diffusion.

C’est se poser la question de leurs usages politiques, en d’autres termes répondre à leur question de savoir à quoi ils servent.

Mais c’est aussi penser le rôle de l’émotion dans une campagne, et l’importance de la mise en scène d’imaginaires politiques pour mobiliser l’électorat, au-delà de la mythologie d’une rationalité de la décision de vote.

Comment et pourquoi organise-t-on un meeting politique ? Leur popularité est-elle uniquement liée à l’avènement de la société du spectacle ? Que nous disent-ils de l’évolution des campagnes électorales ?

POUR ALLER PLUS LOIN :

Retour sur l'élection de 2012 : Une campagne tout en meetings, par Claire SECAIL et Pascale MANSIER, tribune parue dans Le Monde, 30/04/2012

Sur la couverture des meetings politiques par l'AFP : Dépêches de campagne, ce que l'AFP fait pendant (/à) une élection, par Eric LAGNEAU, article paru dans la revue Le Temps des Médias, 2006

Claire Sécail, Yael Goosz, Ingrid Therwath
Claire Sécail, Yael Goosz, Ingrid Therwath
- AD
Références

L'équipe

Ariane Chemin
Production
Thomas Wieder
Production
Vincent Martigny
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Vincent Abouchar
Réalisation