France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Jean-Michel Denis sociologue, maître de conférences à l'Université de Marne-la-Vallée, spécialiste du syndicalisme et des mouvements sociaux
  • Leïla De Comarmond Journaliste sociale pour le quotidien « Les Echos ».
  • Stéphane Sirot Professeur d'histoire des idées politiques à l’Université de Cergy-Pontoise, spécialiste de l'histoire et de la sociologie des grèves, du syndicalisme et des relations sociales

L'Atelier du pouvoir décrypte la manière dont la grève a structuré notre vie sociale depuis plus de deux siècles et comment elle a évolué avec le temps.

Grève de mineurs dans le Pas-de-Calais en 1906 (illustration du "Petit Journal")
Grève de mineurs dans le Pas-de-Calais en 1906 (illustration du "Petit Journal")

Figure incontournable de la vie sociale nationale sinon singularité culturelle française, la grève est un rouage essentiel de notre réalité politique. Vu de loin, on a le sentiment que l’on sait ce qu’est une grève, la manière dont elle s’organise, ses codes, ses rites et ses passages obligés ; mais il y a une histoire des images de la grève qui est porteuse d’autant de représentations sociales que la grève elle-même, finalement assez méconnue.

Publicité

La grève tient son nom de la place éponyme située devant l’Hôtel de Ville de Paris, où les hommes sans emploi attendaient l’accostage des bateaux pour les décharger. La grève implique un arrêt du travail qui peut consister à bloquer l’outil de production, voire à manifester pour alerter l’opinion publique sur des problèmes dans un secteur donné. Au-delà de cette définition générale, la grève est en fait multiple : tournante, du zèle, sauvage, solidaire ou avec occupation, on ne peut la réduire sans en ignorer la complexité. Et la grève est aussi un droit inscrit dans le droit du travail, et parfois même une fête, comme en témoignent le défilé du 1er mai, jour officiel de grève et symbole de la conquête de droits nouveaux par les travailleurs en lutte.

Que savons-nous de la manière dont la grève a structuré notre vie sociale depuis plus de deux siècles ? Comment fonctionne-t-elle pratiquement ? Comment a-t-elle évolué avec le temps, alors que les syndicats qui l’encadraient jusqu’alors connaissent depuis des décennies une crise de représentativité des travailleurs ? La grève est-elle devenue has-been ?

Le conseil de lecture de la semaine Histoire des mouvements sociaux en France. De 1814 à nos jours. Sous la dir. de Michel PIGENET et Danielle TARTAKOWSKY [La Découverte, rééd. 2014]

Avec près de 70 contributeurs : historiens, sociologues et politistes, ce livre remarquable réussit l'exploit de retracer l'émergence de ces mouvements au 19ème siècle notamment par la conquête de l'espace public, souvent par la force, subissant de fortes répressions de l'appareil étatique. [...] Il démontre comment les mobilisations sociales, d'abord portées sans écho politique, rencontrent à la fin du 19ème siècle la sphère politique ou selon les termes des auteurs, elles se "nationalisent". [...] Construit comme le classique de Pierre Nora, "Les lieux de Mémoire", cet ouvrage universitaire abordable sur la forme comme sur le fond, s'articule autour de chapitres courts et clairs sur des thèmes épars visant à donner à la fois une vision impressionniste et très complète de l'histoire des mouvements sociaux. [...] Une sommes incontournable pour comprendre notre modèle social et en fin de compte l'un des fondements de l'organisation de notre paysage socio-culturel.

Suivez aussi l'émission sur Facebook et Twitter, et n'hésitez pas à soumettre des suggestions d'émissions sur ces réseaux ou à atelierdupouvoir@radiofrance.com

L'équipe