France Culture
France Culture
Publicité
Rock Dreams, images de Guy Peellaert, textes de Nik Cohn
Rock Dreams, images de Guy Peellaert, textes de Nik Cohn
© Radio France

**Nik Cohn ** est le père de la rock critic. Et tellement plus que ça. Mais c’est comme ça qu’il est présenté, depuis des années, pour avoir écrit A wop bop a loo bop a lop bam boom. Il avait 22 ans, et son livre pressentait la fin du rock. Le rock qui n’a jamais fini de se considérer lui-même comme moribond. Cohn avait eu cet instinct, et jusqu'au punk et après, le rock n’a jamais eu de cesse de mourir encore et encore. A l’époque, Elvis, Jim Morrisson et Jimi Hendrix étaient encore debout, pourtant. Nik Cohn n’est pas un prophète, mais il a une bonne paire de lunettes pour voir de haut.

Un article lui valut la gloire, quelques années plus tard. Un texte dont les droits seront achetés pour donner lieu à la production de Saturday night fever. Nik Cohn devient riche, célèbre, drogué. Episode dont il se sort.

Publicité

Il aime le danger, depuis les escapades dans le quartier catholique de Derry, en Irlande du Nord où il a grandi, quartier qui lui était interdit. Il n’a cessé d’aller au devant des endroits où il n’était a priori pas le bienvenu. L’exemple de son expérience de producteur de rap à La Nouvelle Orléans, rapportée dans Triksta , n’est pas le moindre dans le genre.

Nik Cohn n’est plus un rock critic. « Ce n’est pas fin du rock que j’annonçais, mais la fin du rock pour moi », précise-t-il. Et la musique reste fondamentale pour lui : « Avec l’âge, mes oreilles se sont agrandies. » Nik Cohn est un grand auteur d’ « auto-non-fiction », qui aime l’authenticité, la mise en danger de soi, les groupes, les clans, les collectifs et qui va à leur rencontre.

Il vient ce soir avec le comédien **Stanley Weber ** et avec le musicien électro Benjamin Diamond. Ils nous offrent un extrait de leur performance à trois : The noise from the streets .

Benjamin Diamond & Nik Cohn à Deauville
Benjamin Diamond & Nik Cohn à Deauville

réalisation : Véronique Lamendour

technique : Jean Frédérix

L'équipe

Thomas Baumgartner
Production
Inès de Bruyn
Collaboration
Véronique Lamendour
Réalisation
Anne de Biran
Anne de Biran
Anne de Biran
Collaboration