A la guerre comme à la game boy d'Edouard Elvis Bvouma

Illustration d'artistes africains, des enfatns soldats
Illustration d'artistes africains, des enfatns soldats ©Getty - Yannick Tylle
Illustration d'artistes africains, des enfatns soldats ©Getty - Yannick Tylle
Illustration d'artistes africains, des enfatns soldats ©Getty - Yannick Tylle
Publicité

Comment un enfant pris dans les conflits ethniques de son pays est devenu un enfant-soldat.

Réalisateur : Jean-Matthieu Zahnd
Conseillère littéraire  Céline Geoffroy

Le tout jeune Boy Killer se réveille, encore sous l’effet de tout ce   qu'il a pris la veille, et apprend par la radio que la guerre est finie. Le   camp s'est vidé durant la nuit, le Commandant et ses guerriers ont fui. Il ne   reste à ses côtés que sa kalache et une jeune fille qui ne veut plus bouger   depuis que le Commandant s'est intéressé à elle de trop près. Pour la décider   à le suivre avant l'arrivée des Casques Bleus, il lui raconte sa vie, qu'il   présente comme un jeu vidéo animé par des personnages de film ou de BD. On   comprend peu à peu comment cet enfant, qui auparavant dévorait des bandes   dessinées à longueur de journées au sein d’une famille tranquille, est devenu   un redoutable combattant.

Publicité

Avec Nina Nkundwa Equipe Technique : Bruno Mourlan et Maiwenn Lejehan Assistante à la réalisation : Manon Dubus

A la guerre comme à la game boy est publié aux éditions Lansman.

Edouard Elvis Bvouma  a reçu de nombreux prix, comme le Prix 2016 de l'Inédit d'Afrique et Outremer, le Prix 2016 SACD de la Dramaturgie francophone, et aussi le Prix RFI du théâtre 2017 pour « la poupée  barbue »

L'équipe