Jeux olympiques d'hiver de Calgary en 1988, et le Bobsleigh jamaicain
Jeux olympiques d'hiver de Calgary en 1988, et le Bobsleigh jamaicain
Jeux olympiques d'hiver de Calgary en 1988, et le Bobsleigh jamaicain ©Getty - picture alliance
Jeux olympiques d'hiver de Calgary en 1988, et le Bobsleigh jamaicain ©Getty - picture alliance
Jeux olympiques d'hiver de Calgary en 1988, et le Bobsleigh jamaicain ©Getty - picture alliance
Publicité
Résumé

"Foncer", c'est à la fois glisser très vite, mais aussi assombrir la neige : imposer le noir de sa peau dans le blanc du paysage."

En savoir plus

On retrouvera dans cette fiction des personnages familiers : ceux du film Rasta Rockett
Nous sommes bien aux Jeux Olympiques de Calgary, en 1988, au côté d'athlètes jamaïcains dont la présence est incongrue sur la neige. Mais nous sommes surtout dans la mémoire de leur entraîneur, qui revit toute cette période fébrile des années après, une nuit d'insomnie. Peu à peu, il entend des voix fantômatiques : celles des quatre sportifs qui furent ses poulains. Ils s'interpellent, se rendent des comptes, et bientôt, nous voici embarqués à bord d'une luge, pour une dernière descente faite du meilleur comme du pire.
On oscille alors, à la vitesse du bobsleigh, entre action pure, visions intimes et fracas de l'Histoire, celle d'une époque où le mot "tiers-monde" voulait encore dire quelque chose, où celui de "communisme" se lézardait comme un certain mur. Derrière les gestes virtuoses des athlètes, on trouve à la fois une politique et une mystique du sport de glisse.
Jocelyn Bonnerave donne ici une version très musicale de gestes héroïques, parfois comiques, toujours fervents, des gestes que la fiction hollywoodienne avait sans doute un peu trop adoucis. Foncer, c'est à la fois glisser très vite, mais aussi assombrir la neige : imposer le noir de sa peau dans le blanc du paysage.

Réalisation Alexandre Plank
Conseillère littéraire Céline Geoffroy
Avec Emmanuel Matte, Quentin Baillot, Damien Bonnard, Julien Honoré
Et Albert Delpy
Bruitages : Bertrand Amiel
Création musicale et claviers : Quentin Sirjacq
Batterie : Etienne Bonhomme
Saxophones : Yoann Durant
Basse : Olivier Lété
Prise de son, montage et mixage : Stéphane Desmons et Martin Delafosse
**Assistant à la réalisation : Vivien Demeyère

Publicité

Jocelyn Bonnerave est écrivain et performeur. Il a publié deux romans chez Fiction & Cie aux éditions du Seuil : Nouveaux Indiens (2009) et L'Homme bambou (2013). Foncer est sa deuxième fiction radiophonique, après l'adaptation de Nouveaux Indiens en 2009. Ses intrigues sont emplies de personnages saisis en pleine métamorphose, à l'image, peut-être, d'une certaine littérature qui se déploie aujourd'hui entre le livre et la voix haute, entre le chuchotement intérieur et la musique, et que l'on peut écouter sur scène... ou à la radio.