Romy Schneider, en 1970
Romy Schneider, en 1970 ©Getty - Reporters associés
Romy Schneider, en 1970 ©Getty - Reporters associés
Romy Schneider, en 1970 ©Getty - Reporters associés
Publicité

Approcher Romy Schneider comme autrice d'une oeuvre cinématographique, c'est le pari du dramaturge Guillaume Poix. À partir de dialogues de ses films et d'extraits de ses interviews, il nous donne à entendre la voix singulière de Romy.

"A partir de dialogues extraits de la filmographie de Romy Schneider, de propos que l’actrice a tenus au cours d’interviews et d’extraits de son journal, mais aussi de monologues imaginaires prononcés par ses partenaires de jeu ou les personnages qu’elle a incarnés, Guillaume Poix a composé un texte singulier et émouvant pour évoquer et faire résonner autrement la vie et l’œuvre de Romy Schneider.  Dans ce texte écrit en 2018 et publié aux éditions Théâtrales, j’ai voulu affirmer que Romy Schneider est l’autrice d’une œuvre cinématographique majeure. Non pas seulement grâce à des choix s’étalant sur trente ans, non pas seulement grâce aux films dans lesquels elle a joué et dont certains auront marqué l’histoire du cinéma, mais aussi parce que sa vie est dans son œuvre – ou l’inverse. Parce qu’elle porte une histoire des représentations des femmes par les hommes. Sa filmographie est composée de soixante-trois films, tous ont été réalisés par des hommes. Qu’est-ce que Romy Schneider a voulu dire des femmes, du regard posé sur elles par les hommes, de la confiscation des corps et des destins, de l’accaparement des récits obstinément faits par les hommes à travers le cinéma d’art et de divertissement en Occident au moment où tout semblait, en Europe du moins, se libérer ? J’ai imaginé soixante-trois monologues conçus comme autant de plans séquences. Pour commencer et finir, deux plans fixes, flux de parole effectivement prononcés par Romy Schneider (l’actrice, dans ses films ; la femme, dans des interviews ou dans son journal). Entre eux : soixante-et-un plans joués soit par les personnages qu’elle a interprétés soit par ses partenaires emblématiques. Dans cette adaptation radiophonique conçue pour France Culture, on en retrouve quelques-uns : Alain Delon, Philippe Noiret, Yves Montant ou Maurice Ronet. Ils côtoient Sissi, Nadine, Lydia, Marie, Anna…Tentative d’approcher l’œuvre d’une actrice de cinéma qui incarne à elle seule l’histoire de l’Europe au vingtième siècle. Tentative aussi de dire les splendeurs et les désarrois d’une vie d’actrice, les miracles et les horreurs d’une vie de mère, l’empire cannibale de la fiction sur la "vraie vie" d’une femme vouée aux premiers rôles."

Guillaume Poix
Adaptation radiophonique pour France Culture de Guillaume Poix Réalisation : Cédric Aussir Conseillère littéraire : Céline Geoffroy

Publicité

Avec : Anouk Grinberg, Stéphanie Pasquet, Eric Herson-Macarel, Melissa Barbaud (Sissi), Grégoire Monsaingeon, Andrea Schieffer, Suliane Brahim, Marie Desgranges, Clément Bresson, Jean-Claude Leguay, Xavier Brossard, Delphine Cogniard, Alexandre Steiger, Valérie Dashwood, Audrey Bonnet et Peggy Martineau Prise de son, montage et mixage : Eric Boisset, Eric Villenfin
Assistante à la réalisation : Sophie Pierre
Ancien élève de l’École Normale Supérieure, Guillaume Poix est dramaturge, traducteur et romancier. En 2014, il publie un premier texte de théâtre, Straight, lauréat de l’Aide nationale à la création des textes dramatiques d’Artcena et Prix des Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre en 2014, Prix Godot des lycéens et Prix Sony Labou Tansi des lycéens en 2016. Suivront Et le ciel est par terre (également lauréat de l’Aide nationale à la création des textes dramatiques d’Artcena, sélectionné par le Bureau des lecteurs de la Comédie-Française, lauréat de Scenic Youth – Prix des lycéens pour les nouvelles écritures de théâtre de la Comédie de Béthune et retenu par France Culture en 2017), Tout entière (qu’il met en scène en 2016 au Préau – Centre dramatique national de Normandie-Vire, créé à Rome au Teatro India en février 2020 et adapté à l’opéra en octobre 2020), Fondre (Prix Godot des Nuits de l’Enclave 2018) et Soudain Romy Schneider (créé en décembre 2018 à Genève par Manon Krüttli et finaliste du Grand Prix de littérature dramatique 2020). Son théâtre, traduit dans de nombreux pays, est publié aux éditions théâtrales. Depuis 2019, il collabore avec Lorraine de Sagazan. Ensemble, ils ont créé L’Absence de père d’après Platonov de Tchekhov (Nuits de Fourvière, 2019), La vie invisible (diffusé sur France Culture le 27 mars 2021) et Un sacre (Comédie de Valence, 2021). Il a récemment traduit Tokyo Bar de Tennessee Williams et, avec Christophe Pellet, Quand nous nous serons suffisamment torturés de Martin Crimp (L’Arche, 2020).Depuis 2020, il est auteur associé au Grand R, à La Roche-Sur-Yon.Son premier roman, Les fils conducteurs (Verticales, 2017 ; Folio, 2019), a reçu le Prix Wepler - Fondation La Poste. Son deuxième roman, Là d’où je viens a disparu (Verticales, 2020), a reçu le prix Alain Spiess du deuxième roman et le deuxième prix Frontières-Léonora Miano.

L'équipe

Mary Simon
Collaboration
Céline Geoffroy
Conseiller(e) littéraire