France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus
Romina Ressia
Romina Ressia
© Radio France

L’Atelier intérieur s’ouvre à la vague. Au mouvement puissant et inconnu. La vague naît loin des hommes, loin de nous. Elle advient du vent et d’une colère, d’un emportement. On n’est pas à l’origine du mouvement mais on doit entrer dedans. On n’a pas choisi la vague, elle nous prend. Comment traverser une vie sur la crête, une vie à la nage ? Quels mouvements il faut apprendre à faire ? Puisque surfer, puisque nager ça s’apprend. Si elle ne rencontre aucun obstacle, la vague peut glisser des jours et des jours. Jusqu’à ce qu’elle tombe sur : nous. Il faut se faire accepter. Frédéric Schiffter écrit : une vague ne se cache pas pour mourir. Elle aime disparaître sous le regard des hommes . Il suffirait donc d’ouvrir les yeux pour conjurer le sort. L’image de départ ce soir sera celle-là : des corps jetés les uns contre les autres, par la vie, par le courant, par l’Histoire, par le temps, parce que c’est comme ça que ça se passe : on est les uns contre les autres, et c’est le contact d’une peau sur une peau, d’une main sur un corps, qui produit en toi, en moi, en vous, la vague. C’est l’image du spectacle WAVES d’Eric Lamoureux et Héla Fattoumi, qui eux depuis 1984 ont choisi d’embrasser le même mouvement. La vague c’est l’expérience collective, c’est être ensemble embarqués et ce sont les questions : *qui suit qui ? Qui monte à bord /et qui descend ? * C’est aussi et surtout : *Comment on vole au vent, au hasard, à la chance, l’origine de la vague ? * La vie c’est devenir l’origine du mouvmeent, se ré approprier le trajet. C’est Deleuze, amateur de surf, qui disait : Les vagues et les amours, c’est pareil… J’évite la vague qui approche ou au contraire je m’en sers. Je me lance, je sais nager, je sais voler…. Tantôt la vague me gifle, tantôt elle m’emporte… Est-ce que vous avez déjà, littéralement, fait des vagues, produit une vague chez quelqu’un ? C’est la sensation de faire partie d’un tout, ce que Romain Rolland appellera : le sentiment océanique . Une certaine extase. La vague c’est aussi l’aléa. L’imprévisible. Elle nous rappelle sans cesse que nous sommes vivants et qu’on peut prendre des virages, ou aller à contre courant, c’est normal aussi. Notre monde est flottant. Nous allons tenter de FAIRE la vague. De bouger, et par la voix et le son : vous envoyer une onde qui courrait dans votre corps. Une déferlante d’avant minuit. On serait à l’origine d’un mouvement que vous accepteriez. Les vagues et les amours c’est pareil. C’est une chorégraphie. On évitera de se faire gifler, on tentera de se faire emporter.

Eric Lamoureux et Héla Fattoumi, ** danseurs et chorégraphes, pour leur spectacleWaves. ** (nommés co directeurs du CCN de Belfort)

Publicité

Pour la vague d'Hokusai Laure Dallon au téléphone (GRAND PALAIS)

Au téléphone** depuis Bali, ** le surfeur** Lucas Galliot**

** Leçons de hip hop avec le danseur chorégraphe Hamid Aouachria : la vague.**

LIVE : Peter VON POEHL (qui fait également parti du projet Waves )

Amélie Bonnin dessine l'émission en studio

La vague 0
La vague 0
- Amélie Bonnin
La vague 1
La vague 1
- Amélie Bonnin
La vague 2
La vague 2
- Amélie Bonnin
La vague 3
La vague 3
- Amélie Bonnin
La vague 4
La vague 4
- Amélie Bonnin
La vague 5
La vague 5
- Amélie Bonnin
La vague 6
La vague 6
- Amélie Bonnin
La vague 7
La vague 7
- Amélie Bonnin
La vague 8
La vague 8
- Amélie Bonnin
La vague 9
La vague 9
- Amélie Bonnin

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Aurélie Charon
Aurélie Charon
Aurélie Charon
Production
Delphine Lemer
Réalisation
Lionel Quantin
Réalisation
Alice Ramond
Collaboration