Drapeaux de l'Union européenne et de la France ©AFP - Jacques DEMARTHON / AFP
Drapeaux de l'Union européenne et de la France ©AFP - Jacques DEMARTHON / AFP
Drapeaux de l'Union européenne et de la France ©AFP - Jacques DEMARTHON / AFP
Publicité
Résumé

Les propositions économiques d'Emmanuel Macron

avec :

Patrick Artus (chef économiste et membre du comité exécutif de Natixis), Anne Eydoux (Maîtresse de conférences d’économie au Cnam, chercheuse au Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET) et au Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (Lise), membre des Economistes atterrés), Jérôme Creel (Économiste).

En savoir plus

Nous poursuivons l’examen des priorités affichées par le nouveau président de la République et son gouvernement. Après la France, la semaine dernière, nous parlons ce matin de l’Europe, très largement mise en avant par le candidat Emmanuel Macron en campagne, «Européen convaincu», (je cite), mais «sans complaisance : «On ne peut pas être timidement européen, sinon on a déjà perdu» affirmait-il à la veille de l’anniversaire du traité de Rome.

On notera tout de suite des propositions économiques différenciées selon qu’il s’agit de l’Union dans son ensemble ou de la zone euro. Pour l’UE, pousser un agenda commun sur l’énergie, le numérique et la lutte contre le dumping commercial. Pour la zone euro, avancer sur la convergence fiscale et sociale, ET disposer d’un budget, un vrai, d’un exécutif et d’un Parlement.

Publicité

Ce qui suppose une large coopération avec nos partenaires, et leur adhésion, Allemagne en tête. Mais impose aussi à la France, pour l’obtenir, de se fixer des objectifs impérieux. Question de crédibilité, dit le Président. Dès lors s’agit-il de rupture ou de continuité ?

Et la chronique de Catherine André, journaliste à Alternatives économiques

Références

L'équipe

Dominique Rousset
Dominique Rousset
Laetitia Coïa
Réalisation
Laurence Jennepin
Collaboration