Mens sana in corpore sano ©Getty - Noelia Ramon - TellingLife
Mens sana in corpore sano ©Getty - Noelia Ramon - TellingLife
Mens sana in corpore sano ©Getty - Noelia Ramon - TellingLife
Publicité
Résumé

Surmonter ses douleurs pour arriver à captiver, dépasser son corps et son esprit pour emporter ceux des spectateurs et des lecteurs. En un sens, écrire à la barre.

avec :

Lola Lafon (Ecrivaine, chanteuse, compositrice).

En savoir plus

Pour moi, la danse c'était un peu mon monde d'enfant, un peu mon vocabulaire. Et dans une famille où tout le monde lisait et écrivait, bizarrement mon vocabulaire c'était là où il n'y avait pas de mots.

A la barre depuis son plus jeune âge, Lola Lafon trouve dans la danse classique l'exigence et l'acuité que rien d'autre ne lui donne et qui sert son travail littéraire. 

Publicité

Elle raconte dans le détail comment les idées viennent pendant les jetés et les pliés, comment la salle de danse est une autre chambre à soi.

La danse ça coûte, c'est difficile, mais en même temps il ne faut pas s'en repaître. Il y a d'autres choses très compliquée à appréhender dans la danse, il faut être à la fois complètement centré sur soi, à l'intérieur, il faut être très conscient de tout ce qui se passe à l'intérieur de vous et en même temps projeter une ouverture vers l'extérieur, parce qu'on ne peut pas danser en étant que à l'intérieur, parce qu'on est quand même devant un public, il faut être vraiment ouvert. C'est aussi une position par rapport à l'écriture, à quel point le lecteur peut-il être là.

Je n'arrive pas à concevoir quelque chose de trop doux pour le corps, il y a une part où je me dis qu'il faut que j'en bave, quoi.