L’État veut contrer les tentatives d’ingérences étrangères numériques grâce à la nouvelle agence Viginum.
L’État veut contrer les tentatives d’ingérences étrangères numériques grâce à la nouvelle agence Viginum.
L’État veut contrer les tentatives d’ingérences étrangères numériques grâce à la nouvelle agence Viginum. ©Maxppp - PHOTOPQR / LA NOUVELLE REPUBLIQUE / Lionel Vadam
L’État veut contrer les tentatives d’ingérences étrangères numériques grâce à la nouvelle agence Viginum. ©Maxppp - PHOTOPQR / LA NOUVELLE REPUBLIQUE / Lionel Vadam
L’État veut contrer les tentatives d’ingérences étrangères numériques grâce à la nouvelle agence Viginum. ©Maxppp - PHOTOPQR / LA NOUVELLE REPUBLIQUE / Lionel Vadam
Publicité
Résumé

Une agence de protection contre les ingérences numériques étrangères est en train de voir le jour. Son but sera avant tout de prévenir les attaques informationnelles émises depuis l’étranger à travers la propagation de fausses informations.

En savoir plus

Mai 2017. L’entre-deux-tours de la présidentielle est perturbé par la fuite sur le net de dizaines de milliers de courriers électroniques du mouvement En Marche ! d’Emmanuel Macron. La justice américaine affirmera plus tard que les “Macron Leaks”, comme on les appelle, ont été orchestrés par des agents Russes, dans le but de déstabiliser le vote, avec la complicité d’un site d’extrême-droite américain. C’est justement pour contrer ce genre d’attaques numériques venues de l’étranger que le gouvernement français a décidé de mettre en place, sept mois avant la présidentielle, Viginum : une agence de vigilance et de protection contre les ingérences numériques étrangères, créée par décret le 13 juillet dernier.

Ce sujet est une rediffusion de l'enquête du 18 septembre 2021 à réécouter ici.

Publicité
Références

L'équipe

Cellule investigation de Radio France
Cellule investigation de Radio France