Scène de la vie quotidienne à Malaga en 1964
Scène de la vie quotidienne à Malaga en 1964 ©Getty - Gianni Ferrari
Scène de la vie quotidienne à Malaga en 1964 ©Getty - Gianni Ferrari
Scène de la vie quotidienne à Malaga en 1964 ©Getty - Gianni Ferrari
Publicité

Le romancier Antonio Soler évoque son roman "Sud" qui paraît aux éditions Rivages ; il y retrace les trajectoires d'une multitude de personnages au fil d'une journée dans une ville du sud de l'Espagne.

Avec
  • Antonio Soler Romancier

L'invité du jour

Mathias Enard s'entretient avec le romancier Antonio Soler, à l'occasion de la parution de Sud aux éditions Rivages

Interprétation simultanée assurée par Paloma Goulemot

Publicité

Une mosaïque d'histoires dans la ville de Malaga

Sud décrit une journée d'une ville du sud de l'Espagne, alors que souffle le terral, ce vent de terre brûlant qui fait suffoquer toutes et tous et semble, comme pour un feu de forêt, attiser l'incendie qui couve en chacun de ces si nombreux personnages jusqu'à consumer de l'intérieur la ville elle-même. Roman de la diversité urbaine, des étranges compagnons de route qu'une ville produit par le rapprochement des corps les uns contre les autres. Sud construit non seulement une fresque splendide d'une ville méditerranéenne aujourd'hui, mais compose une mosaïque inouïe des malheurs humains au XXIᵉ siècle. Ce roman, traduit de l'espagnol par Guillaume Contré, a reçu le prix national de la critique.

Antonio Soler relate qu'à Dublin, sur les traces d'Ulysse de James Joyce, en compagnie de ces amis de l'ordre des Finnegans, il a eu ce désir d'écrire ce roman sur "une ville qui puisse donner une image de ce qu'est le monde d'aujourd'hui, pleine de langues et de bruit, qui donne la couleur". Antonio Soler développe la métaphore d'une société intransigeante qui a fini par tuer cet homme, recouvert de fourmis.

Pour en savoir plus

58 min