Illustration "Les Trois Grâces", d'après le tableau de Raphael
Illustration "Les Trois Grâces", d'après le tableau de Raphael ©Getty - clu
Illustration "Les Trois Grâces", d'après le tableau de Raphael ©Getty - clu
Illustration "Les Trois Grâces", d'après le tableau de Raphael ©Getty - clu
Publicité

Des chefs-d'œuvre de Raphaël, de Fra Angelico, ou encore de Delacroix sont présentés dans le Musée Condé, avec une spécificité : ils ne peuvent pas être prêtés à d'autres musées, et leur agencement d'exposition ne peut être changé !

​ Trois Fra Angelico, trois Raphaël, quatre Watteau, Les Très Riches Heures du duc de Berry, Delacroix, ou encore Giotto : ce ne sont pas les collections du Louvre mais celle du Musée Condé, dans le château de Chantilly !

Une collection incroyable que vous ne pourrez voir que dans ce lieu : le duc d’Aumale, dernier propriétaire du château, a stipulé en faisant don de son immense collection en 1886 à l’Institut de France que ces tableaux ne pourraient jamais être prêtés, ni leur présentation changée !

Publicité

On se promène donc dans la seconde collection de peinture ancienne la plus importante de France exactement telle que l’avait conçue le Duc, il y a plus d’un siècle. Les oeuvres soigneu​​sement choisies, acquises, puis mises en scène dans chaque pièce du château offrent une plongée dans la muséographie et l’agencement typique d’une exposition au XIXème siècle, telle que les Salons officiels.

Mais si les tableaux couvrent les murs sans repères chronologiques, ils racontent par ricochet, par écho, une pensée ou un goût. Les tableaux qui sont des références absolues, Les Trois Grâces de Raphael par exemple, ne trônent pas, comme nous le ferions probablement aujourd’hui, seuls, dans une pièce vide, mais sont inclus dans un foisonnement où les œuvres pensées comme de moindre importance viennent souligner le sens du chef d’oeuvre ...

De la Renaissance au néo-classicisme ou au romantisme, tous les courants consacrés sont représentés dans ce musée pour donner naissance à une histoire de l’art, vue depuis le XIXème siècle. Chose extraordinaire, la photographie, qui en était encore à ses balbutiements et avait un long chemin à parcourir avant d’être reconnue comme un art à part entière, y trouve déjà sa place ! Le visiteur du XXIème siècle découvre un regard avant-gardiste qui aura senti advenir l’art photographique, et l’aura mis à égalité avec les autres œuvres ...

Mais le projet du duc d'Aumale était plus vaste encore ... Pour accueillir sa collection il avait décidé de sauver de la ruine le château de Chantilly, le château de ses ancêtres. Bâti au XVIème siècle pendant la Renaissance française, il avait été laissé à l’abandon après la Révolution. Le duc se charge de sa reconstruction à partir de 1871. Parallèlement, sa fièvre collectionneuse est attisée, dans un premier temps, par la volonté de reconstituer la collection d’œuvres qui avaient appartenu à sa famille et avaient été dispersées durant la Révolution.

Par cette volonté effrénée de rassembler les collections de ses ancêtres, de remettre en état le château de la longue dynastie des princes de Condé, le duc d’Aumale, fils du dernier roi de France, Louis-Philippe, semble en réalité avoir voulu ériger un mausolée de sa dynastie ...

Nous nous aventurons peut-être alors dans le rêve d’un homme qui sait sa lignée finie, et veut préserver pour l’éternité une certaine histoire de la France : la rénovation du château a été conçue en fonction des œuvres que chaque pièce devait présenter, et les percées de lumières pensées afin d’éclairer au mieux les tableaux.

Enfin, le Cabinet des Clouet, l’une des pièces du musée, rassemble de nombreux portraits des Rois et Reines de France qui fixent, immuables, le visiteur du XXIème siècle ...

Dans le Musée Condé, témoin d’une époque et d’une sensibilité, on déambule à travers une histoire de France immobilisée dans une vision précise, celle d’un homme à la fin du XIXème siècle - un double voyage dans le temps ...

Musique diffusée : Polaroïd de Granville