Portrait d'Evariste Galois, vers 1826 - Auteur inconnu
Portrait d'Evariste Galois, vers 1826 - Auteur inconnu
Portrait d'Evariste Galois, vers 1826 - Auteur inconnu
Publicité
Résumé

Nous partons sur les rives de l’étang de la Glacière à Bièvre, à côté de Paris, aux côtés d’un génie méconnu, Evariste Galois.

En savoir plus

A 5h, le 30 mai 1832, un coup de feu retentit sur les rives de l’étang de la Glacière à Bièvre, juste à côté de Paris. Evariste Galois, jeune mathématicien de 20 ans qui devait devenir un mythe des mathématiques modernes, est blessé en duel pour une femme. Il meurt le lendemain.

L’urbanisation de Paris récupère en quelques dizaines d’années cet étang de la Glacière. On y construit le quartier connu aujourd’hui comme celui de Maison Blanche, et la rue de la Glacière traverse l’emplacement du lac.

Publicité

Mais revenons pour l’instant à Evariste Galois … Né en octobre 1811 à Bourg-Egalité, anciennement Bourg-la-Reine, il meurt donc à 20 ans. Un jeune âge certes, mais il a déjà eu le temps de laisser derrière lui une théorie révolutionnaire des mathématiques et de vivre une vie de héros romantique pris dans les passions ... Ce duel pour un différend amoureux - à moins que ce ne soit un complot politique, la question n’a pas été tranchée - n’en sera que la moindre péripétie !

Il y a d’abord une adolescence rebelle, dictée par une intelligence hors du commun, un refus de l’étude scolaire et une passion dès l’âge de 15 ans pour les mathématiques et les équations. Il tentera ensuite l’école Polytechnique mais la légende dit que face aux questions du jury qu’il trouve trop faciles, il se serait emporté … L’entrée à l’école lui sera donc refusée.

En parallèle naît un engagement politique qui le mobilise entièrement : nous sommes en pleine ébullition politique à Paris ... Il ne tait pas ses convictions et adhère à la “Société des amis du peuple”. Pour ses prises de positions politiques, il finira deux fois en prison.

Une vie courte mais intense qui correspond à l’image romanesque qu’on se fait des génies incompris ; une trajectoire qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler certains accents de la vie rimbaldienne ... Peut-être peut-on en effet considérer Evariste Galois comme un Rimbaud ignoré. Car dans les mathématiques, il y a une poésie, comme dans la fureur de vivre, dans l’engagement politique de jeunesse vécu avec intransigeance, entre les révolutions de la mathématique et de la poésie, il y a une parenté.

Evariste est aux fondements de la théorie dite de Galois, appelée aussi théorie de l'ambiguïté … Il la résume dans une lettre-testament à un de ses amis, la nuit précédant sa mort.

Alors je ne vais pas faire semblant d’avoir tout à fait compris sa théorie et la révolution des mathématiques qu’elle opère, mais je ne suis pas la seule, car on n’a pu comprendre son Mémoire sur les conditions de résolubilités des équations par radicaux que dans la seconde moitié du XIXème siècle.

Et ce travail, ce raisonnement, qui survole les explications et les démonstrations pour arriver plus vite au résultat semble être à l’image de sa vie, furieusement brillante et précipitée !

Un génie qui trouve donc la mort sur les rives du lac de la Glacière …  Et curieuse coïncidence, en 1898, au numéro 24 de la rue éponyme vivront Marie et Pierre Curie - ils découvriront le radium pendant leur séjour dans cette rue !

Un écho entre deux découvertes révolutionnaires dans le domaine des mathématiques et, quelques années plus tard, dans celui de la physique, dans un même lieu, qui laisse rêveur ...

Son diffusé : extrait du film Evariste Galois, réalisé par Alexandre Astruc, 1967