Les monts du Forez, région des Hautes-Chaumes, Parc Livradois-Forez ©Maxppp - BEP/AGON Michel/LA MONTAGNE
Les monts du Forez, région des Hautes-Chaumes, Parc Livradois-Forez ©Maxppp - BEP/AGON Michel/LA MONTAGNE
Les monts du Forez, région des Hautes-Chaumes, Parc Livradois-Forez ©Maxppp - BEP/AGON Michel/LA MONTAGNE
Publicité
Résumé

Il y a des lieux qui sont inséparables d’une œuvre. C’est le cas de la Bâtie d’Urfé, dans le Forez ; elle est intrinsèquement lié à "L’Astrée", le premier roman-fleuve de la littérature française.

En savoir plus

Écrit par Honoré d’Urfé entre 1607 et 1628, le roman est inspiré par les lieux où l’auteur a passé son enfance, le Forez. Au creux de ces paysages l'auteur déploie les amours de Céladon et d’Astrée, sous les Monts du Forez, qu’on voit depuis les fenêtres du château. C'est un roman-fleuve qui prend source aussi dans les eaux du Lignon, la petite rivière qui coule près de la bâtie d’Urfé et sillonne la campagne environnante.

En somme, dès les premières lignes de son ouvrage, Honoré d’Urfé enracine son récit dans une géographie très précise et concrète ; on retrouvera aujourd'hui les mêmes sentiers, les mêmes paysages, merveilleusement préservés. Et pourtant c'est aussi une région imaginaire qui se révèle peu à peu sous la plume d'Urfé !

Publicité

Car il situe l’action au Vème siècle, dans une Gaule peuplée par des bergers, des druides et des nymphes / il transforme ainsi une partie du territoire français en un pays mythique et disparu.

Eric Rohmer choisira d'adapter cette œuvre, mais il décidera cependant de tourner son film dans une autre région que le Forez actuel, transportant la géographie dans une nouvelle fiction. Tourné en 2007, c’est aussi son dernier film. On n’en sera pas étonné, tant le roman répond aux obsessions rohmeriennes, entre un récit qui prend son temps pour étendre ses ramifications et l’admirable capacité de Rohmer à raconter le rien, à raconter l’attente de ce qu’on ne sait pas attendre, la nonchalance, le quotidien habillé d’une langueur amoureuse à peine exprimée.

L’Astrée serait peut-être finalement tout entier une carte de Tendre avant l’heure, une géographie de l’amour.

Ce roman connaîtra aussi un immense succès et circulera dans toutes les Cours d’Europe. Il sera considéré comme un moment fondamental de l’histoire de la littérature française et ouvre la voie au roman précieux, aux romans d’étude des psychologies et des sentiments.

Lu et encensé au fil des siècles par Voltaire comme par Molière, il porte aussi une ambition qu’on pourrait presque qualifier de politique... Car il est écrit à un moment bien précis : au lendemain des guerres de Religion, dans une France qui se voulait apaisée.

Aussi, le pays présenté dans le roman n’est-il pas une rêverie mélancolique, un pays fantasmé et passé, mais plutôt un espoir : en transcendant la géographie et les lieux réels dans une mythologie, Urfé formule un idéal de vie, qu’on pourra toujours aller chercher dans les plaines du Forez.

Son diffusé : extrait du film Les amours d'Astrée et de Céladon, Eric Rohmer, 2007