Le palais Bourbon  / Des membres du Rassemblement National ©AFP
Le palais Bourbon / Des membres du Rassemblement National ©AFP
Le palais Bourbon / Des membres du Rassemblement National ©AFP
Publicité
Résumé

Dimanche dernier le verdict est tombé. Emmanuel Macron devra gouverner sans majorité absolue. Comment pourra t'il faire passer les lois ? Autre leçon des législatives, la percée du rassemblement national et de la nupes à l'assemblée nationale.

avec :

Dominique Reynié (Politologue. Professeur des Universités à Sciences Po.), Jean-Noël Jeanneney (Historien, ancien Président de la BNF, producteur de l'émission "Concordance des temps" sur France Culture), Sylvie Kauffmann (Directrice éditoriale au journal Le Monde. Spécialiste notamment des questions internationales.), Gérard Courtois (journaliste, ancien chroniqueur au quotidien Le Monde).

En savoir plus

Sur 22 millions de votants sur 48 millions d’inscrits, à nouveau moins d’un électeur sur deux, 38% ont choisi un caniddat de la majorité présidnetielle, 31% un représentant de la nupes et 17% du rassemblement national. Mais c’est la principale surprise des législatives, la formation de Marine Le Pen a profité de l’effondrement du front républicain. Le réflexe anti-le Pen a été largement atténué ou compensé selon les circonscriptions par un vote ou une abstention anti-Macron de la part des électeurs de gauche ou par un comportement anti-Mélenchon de la part des électeurs de Macron. Résultat l’entrée en force du Rassemblement National au parlement avec 89 députés, dix fois plus que dans l’assemblée sortante. Les insoumis seront 72 dans l’hémicycle soit environ la moitié des forces de la Nupes avec les socialistes, les écologistes et les communistes, en tout 150 députés. Les LR seront 64, tandis que le principal groupe est le principal perdant est celui de la république en marche rebaptisé Renaissance qui abandonne une centaine de sièges, et qui avec ses alliés Modem et Horizons ne disposera que de 262 députés soit 37 de moins que la majorité absolue. Voilà le paysage après la bataille et avant d’autres batailles. Comment expliquer cet échec présidentiel ou cet rééquilibrage inattendu et sans précédent dans l’histoire politique française récente. ?

Références

L'équipe

Patrick Cohen
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Anne-Claire Bazin
Collaboration