Donald Trump après sa sortie de l'hôpital, le 5 octobre à Washington.
Donald Trump après sa sortie de l'hôpital, le 5 octobre à Washington. ©AFP - WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA /
Donald Trump après sa sortie de l'hôpital, le 5 octobre à Washington. ©AFP - WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA /
Donald Trump après sa sortie de l'hôpital, le 5 octobre à Washington. ©AFP - WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA /
Publicité

La guerre des récits bat son plein à l’heure du covid, et pas seulement entre les géants chinois et américain. Qui pourra prétendre avoir eu la bonne gouvernance ? C’est la question qui obsède tous les dirigeants de la planète. La guerre des récits ne fait que commencer

Avec

En Chine on appelle cela la "semaine dorée", une semaine de vacances, à l’occasion de la fête nationale du 1er octobre, pendant laquelle les Chinois partent en voyage et sont aussi invités par le régime à consommer le plus possible. De quoi vérifier très concrètement que la Chine – et son économie - est en train de repartir ! Alors certes cette année les déplacements à l'extérieur du pays sont très limités, les Chinois n’iront pas courir les grands magasins parisiens et voyagent par exemple à Wuhan, le foyer d'origine du virus.

Depuis le 15 août, la Chine prétend n’avoir officiellement enregistré aucune contamination endogène. Les dix cas récemment répertoriés seraient tous, selon les Autorités, des cas importés. Les normes sanitaires ont commencé à s'assouplir, et dans les rues, on peut la plupart du temps désormais se déplacer sans masques.

Publicité

La Chine peut donc tranquillement dérouler son récit : c’est elle qui a eu la stratégie gagnante. A contaminé le monde certes. Mais a su le faire oublier en prétendant désormais avoir la meilleure gouvernance, la sortie de crise la plus rapide, et être la mieux placée dans la course aux vaccins.

Dès lors Pékin 1 / Washington 0 ? Pas si sûr. 

Voyons maintenant comment Trump, champion du story telling va raconter sa propre expérience du covid, et nous impose déjà son récit : le week-end dernier, la planète entière a mis en Une son hospitalisation ; puis cette semaine, sa sortie éclair de l’hôpital lui permet de dérouler un nouveau discours : il est fort, il n’a pas peur, il est le Président de la Première puissance du monde, le système de soin américain est excellent, etc…Reste à savoir s’il utilisera aussi le covid pour mettre fin aux débats télévisés de cette fin de campagne, et reprendre la main sur une campagne qui semble – du moins selon les sondages - confirmer l’avance du démocrate Joe Biden.

Bref, la guerre des récits bat son plein à l’heure du covid, et pas seulement entre les géants chinois et américain. Qui pourra prétendre avoir eu la bonne gouvernance ? C’est la question qui obsède tous les dirigeants de la planète. La guerre des récits ne fait que commencer, c’est aussi l’objet d’un livre de Christine Ockrent qui parait cette semaine. 

Vous pouvez retrouver ici l'émission intégrale.