La mobilisation internationale a été symbolisée par plusieurs hashtags #metoo #balancetonporc ©AFP - Bertrand Guay
La mobilisation internationale a été symbolisée par plusieurs hashtags #metoo #balancetonporc ©AFP - Bertrand Guay
La mobilisation internationale a été symbolisée par plusieurs hashtags #metoo #balancetonporc ©AFP - Bertrand Guay
Publicité
Résumé

Cette semaine, "L'Esprit public" débat du féminisme (ou des féminismes?) français et du brouillard épais qui entoure le Brexit. A écouter et regarder en vidéo.

avec :

Gilles Finchelstein (Directeur de la fondation Jean Jaurès), François-Xavier Bellamy (Député au parlement européen, président de la délégation française PPE), Thierry Pech (directeur général de Terra Nova), Sylvie Kauffmann (Directrice éditoriale au journal Le Monde. Spécialiste notamment des questions internationales.).

En savoir plus

L'Esprit public en direct et en public avec Sylvie Kauffmann, éditorialiste au Monde, Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation Jean-Jaurès, François-Xavier Bellamy, philosophe et enseignant, et Thierry Pech, directeur général de la fondation Terra Nova.

Cette émission est aussi disponible en vidéo, ci-dessous.

Publicité

Féminismes : un débat français ?

Faut-il vraiment choisir son camp entre Catherine Millet et Oprah Winfrey ?

Oprah Winfrey/Catherine Millet
Oprah Winfrey/Catherine Millet
© AFP - Nicholas Kamm / Joël Saget

Dimanche dernier, un éclat de rire sonore, celui de l’actrice américaine Sharon Stone, en guise de réponse à la question d'un journaliste : « Avez-vous déjà été victime de harcèlement » ? La clarté de ce rire disait l’évidence de la réponse. Le même jour en France, Catherine Deneuve dans Libération se justifiait d'avoir signé une tribune défendant la "liberté d'importuner" et dénonçant les effets pervers du tsunami Weinstein/#MeToo/#Balance ton porc parmi lesquels "enchaîner les femmes à un statut d’éternelles victimes", "consacrer l’avènement d’un féminisme prenant le visage d’une haine des hommes et de la sexualité" et le retour du puritanisme. De quoi inspirer mardi un billet à l’éditorialiste Eric Zemmour sur « cette foire d’empoigne médiatique entre deux conceptions du féminisme, le féminisme américain donnant le la et une Catherine Deneuve défendant, elle, la galanterie française, les portes ouvertes, les "après vous Madame" et autre jeux de séduction et de libertinage ». Dès lors faut-il écrire « féminismes » au pluriel, et se demander s’il existe en la matière, une exception française ? 

Brexit : Londres dans le brouillard ?

Mardi, le président du Conseil européen, Donald Tusk, a tendu la main aux Anglais pour un revirement... même Nigel Farage n'exclut pas un second referendum...

Londres
Londres
© Maxppp - Tolga Akmen/LNP

Cela se passe à Londres, à Noël et c'est le correspondant parisien d’un quotidien britannique qui le raconte : depuis ce réveillon familial au cours duquel il aurait mieux valu ne pas parler du Brexit au moment du Christmas Pudding, il est fâché avec sa mère. Ainsi, dix-huit mois après le vote fatidique, ce Brexit obsède toujours les Anglais et les divise encore profondément. Division et confusion toujours avec l’adoption par les députés britanniques, après d’âpres débats, du projet de loi préparant la fin de la suprématie du droit européen sur le droit national. Cette semaine toujours, Donald Tusk, le président du Conseil européen, et Jean-Claude Junker, président de la Commission européenne, affirmaient pour leur part que la porte restait ouverte pour un maintien de Londres au sein de l’Union. Dans cette confusion, Theresa May tient bon : jeudi elle souriait, un peu crispée, aux côtés du président Macron, lequel entendait bien rappeler à la Perfide Albion ses responsabilités en matière de politique migratoire. Le 21 décembre dernier, le Telegraph ne titrait-il pas "Theresa May est faible, mais elle est invincible" ?
 

Références

L'équipe

Emilie Aubry
Emilie Aubry
Emilie Aubry
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Céline Leclère
Collaboration