Sommet virtuel de l'UE avec la participation de Joe Biden, 25 mars 2021
Sommet virtuel de l'UE avec la participation de Joe Biden, 25 mars 2021
Sommet virtuel de l'UE avec la participation de Joe Biden, 25 mars 2021 ©AFP - 1ES - IMAGES
Sommet virtuel de l'UE avec la participation de Joe Biden, 25 mars 2021 ©AFP - 1ES - IMAGES
Sommet virtuel de l'UE avec la participation de Joe Biden, 25 mars 2021 ©AFP - 1ES - IMAGES
Publicité
Résumé

Joe Biden a participé jeudi à un sommet -virtuel- de l'UE, ce qui n’était pas arrivé depuis 2009. Mais comment se retrouver vraiment après 4 ans de séparation quand on ne dispose que de 15 minutes par écrans interposés ? Comment se réconcilier au temps du covid et des frontières infranchissables ?

avec :

Emmanuel Demarcy-Mota (Metteur en scène, Directeur du Théâtre de la Ville-Paris, du Festival d’Automne à Paris), Pascal Perrineau (Politologue et professeur des Universités à Sciences Po, ancien directeur du CEVIPOF), Thomas Gomart (Historien des relations internationales, directeur de l’Institut français des relations internationales (IFRI).), Aurélie Filippetti (Femme politique, romancière, ancienne ministre de la Culture dans les gouvernements Ayrault puis Valls).

En savoir plus

Comment se retrouver vraiment après 4 années de séparation quand on ne dispose que de 15 minutes par écrans interposés ? Comment se réconcilier au temps du covid et des frontières infranchissables ?  

Le président américain a participé jeudi soir à un sommet des Vingt-Sept, ce qui n’était pas arrivé depuis Barak Obama en 2009. Des retrouvailles en visioconférence qui ne laisseront pas d’images pour l’histoire du moins, de facto, pas de grandes déclarations d’amitié à la sortie, d’accolades, de poignées de main, ni de dîners officiels. Alors certes ont noté les commentateurs, les valeurs communes que partagent l'Europe et les États-Unis ont été le fil conducteur des propos de Joe Biden, qui a rappelé des fondamentaux : l'UE et les États-Unis sont des démocraties libérales soucieuses de la dignité humaine et de la liberté d'expression, Européens et Américains doivent être des «partenaires» sur des dossiers clés tels que la lutte contre le Covid, le climat, l'économie ou encore la sécurité. Le président a également pris soin d'ajouter qu'il était prêt à coopérer sur l'économie et le commerce, rappelant la trêve de quatre mois proposée dans le conflit opposant Airbus et Boeing. Bien. Mais peut mieux faire… Et sans doute faudrait-il davantage pour effacer 4 ans de Trump et d’America first. Un America first qui n’a par ailleurs pas tout à fait disparu . Ainsi sur les vaccins, ces 30 millions de doses de vaccin AstraZeneca qui dorment dans un entrepôt de l'Ohio alors que ce vaccin n’a pas été encore homologué aux Etats-Unis : Joe Biden a poliment décliné de les envoyer en Europe, indiquant que ces vaccins font partie de la réserve stratégique américaine, et qu’il s'est engagé à faire vacciner tous Américains d'ici la fin du printemps.

Publicité

L’alliance retrouvée serait donc plutôt à chercher du côté d’un front commun des démocraties américaines et européennes contre la Turquie d’Erdogan, la Russie de Poutine, et par-dessus tout contre la Chine de Xi Jinping. Mais sur ce terrain là, les Européens n’ont pas la même religion : l’Allemagne de Merkel notamment a clairement dit qu’elle entendait conserver son autonomie de relation avec Pékin.

Bref, les réunions de famille quand on ne s’est pas vus depuis longtemps sont toujours l’occasion de se rendre compte, comme l’aurait chanté Barbara, que tout le temps qui passe ne se rattrape guère, que tout le temps perdu ne se rattrape plus.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous pouvez retrouver ici l'émission intégrale. 

Références

L'équipe

Emilie Aubry
Emilie Aubry
Emilie Aubry
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Marine Beccarelli
Collaboration