La France est-elle malade de son jacobinisme ?

L'Etat français de 2018 est-il encore jacobin et centralisé ?
L'Etat français de 2018 est-il encore jacobin et centralisé ? ©AFP - JOEL SAGET / AFP
L'Etat français de 2018 est-il encore jacobin et centralisé ? ©AFP - JOEL SAGET / AFP
L'Etat français de 2018 est-il encore jacobin et centralisé ? ©AFP - JOEL SAGET / AFP
Publicité

Au programme de l'Esprit public : la France et le jacobinisme et à quoi ressemblera l'Europe sans Angela Merkel ? Avec Christine Ockrent, Sylvie Kauffmann, Daniel Cohen et Gaspard Gantzer, ex-conseiller en communication de François Hollande.

Avec
  • Gaspard Gantzer co-fondateur de l'agence de conseil en communication "2017", ancien conseiller en communication de François Hollande
  • Daniel Cohen Économiste et directeur du département d'économie de l'École Normale Supérieure, Président de l'Ecole d'Economie de Paris
  • Christine Ockrent Journaliste et productrice de l'émission "Affaires étrangères" sur France Culture
  • Sylvie Kauffmann Directrice éditoriale au journal Le Monde. Spécialiste notamment des questions internationales.

L'Esprit public ce dimanche avec Christine Ockrent, journaliste et productrice d'Affaires étrangères, Sylvie Kauffmann, éditorialiste au Monde, Daniel Cohen, économiste et Gaspard Gantzer, conseiller en communication de François Hollande de 2014 à 2017. 

L'émission en vidéo

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Première partie : La France est-elle malade de son jacobinisme ? 

Emmanuel Macron devant le 100e Congrès des Maires de France, 23 novembre 2017. Le pacte girondin du Président saura-t-il convaincre des élus locaux en colère ?
Emmanuel Macron devant le 100e Congrès des Maires de France, 23 novembre 2017. Le pacte girondin du Président saura-t-il convaincre des élus locaux en colère ?
© AFP - LUDOVIC MARIN / AFP

C'est à se donner la main pour une ronde qui aurait réconcilié Paris et sa province qu'Emmanuel Macron avait invité les élus locaux pendant sa campagne. Car le sémillant marcheur comptait bien s’appuyer surdes maires "disruptifs" qui, à l’image d'un Gérard Collomb, savaient, pour le bien d’un territoire, faire travailler ensemble majorité et opposition, convenir avec Alain Juppé « qu’une nouvelle ligne de tramway n'est ni de droite ni de gauche ». A ces maires donc, Macron avait promis un nouvel acte de la décentralisation, un nouveau pacte girondin. Mais à coups de suppression de la taxe d’habitation  - LA ressources des territoires; de 13 milliards d’économies demandées aux collectivités sur cinq ans; et face à un nouveau président sans aucune expérience de mandat local, souvent taxé par ses opposants d’ENArchisme, de technocratisme : les édiles renâclent à entrer dans la danse. Et si la France était toujours malade de son jacobinisme ?

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

#pacte girondin #Le blues des élus locaux #désert des territoires #Gaston Deferre #enthousiasme décentralisateur

Deuxième partie : A quoi ressemblera l'Europe sans Angela Merkel ?

A quoi ressemblera l'Europe sans Angela Merkel ?
A quoi ressemblera l'Europe sans Angela Merkel ?
© AFP - JOHN THYS / AFP

C’était juste avant qu'Angela Merkel n’échoue à former une coalition… Un tempsbéni pour tous les europhiles soucieux du fameux "couple franco-allemand" : le temps du pas de deux harmonieux entre une chancelière allemande expérimentée et un jeune président français. Au premier temps de la valse, il avait vraiment besoin d’elle, ce nouveau chef d’Etat qui entendait, à ses côtés, démocratiser l’Europe, renforcer la solidarité entre les Etats membres, améliorer la gouvernance de l’euro et harmoniser la politique d’asile. Au deuxième temps de la valse, Emmanuel Macron se retrouvait obligé de ralentir la cadence, le temps que la situation allemande se débloque... et de savoir si la même musique allait pouvoir continuer d’être jouée en Europe. Et le 3e temps alors ? A quoi ressemblera-t-il ?  Dans l’attente d’une coalition ou de nouvelles élections,  une valse à trois temps comme chantait Brel, qui s’offre encore le temps de s’offrir des détours ?
 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L'équipe