Jean-Pierre Filiu ©Radio France - Adrien Naselli
Jean-Pierre Filiu ©Radio France - Adrien Naselli
Jean-Pierre Filiu ©Radio France - Adrien Naselli
Publicité
Résumé

avec Jean-Pierre Filiu, professeur en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po.

avec :

François Bujon de l'Estang (diplomate), Jean-Louis Bourlanges (Député Modem des Hauts de Seine, président de la commission des affaires étrangères et ancien député européen, essayiste), Jean-Pierre Filiu (professeur des universités en histoire à Sciences Po (Paris). Il anime sur le site du quotidien "Le Monde" le blog "Un si proche Orient".), Thierry Pech (directeur général de Terra Nova).

En savoir plus

Le Moyen-Orient traverse une intense période de transition politique et culturelle depuis le début des printemps arabes en 2011 qui avaient suscité les espoirs d’une jeunesse unie contre des régimes corrompus. Cinq ans plus tard, la Tunisie semble être le seul pays qui ait réussi sa transition démocratique. En Égypte et au Bahreïn, les régimes autoritaires ont perduré ou se sont renouvelés aux dépens des populations qui ont subi des répressions parfois meurtrières. Des pays comme l’Irak, la Syrie ou la Lybie ont vu leur Etat s’effondrer, laissant un vide politique et un climat propice à l’éclatement de guerres civiles, au terrorisme et à l’emprise de l’organisation Etat Islamique.

Au cours des quatre premières années du conflit syrien, on comptait au moins 220.000 personnes tuées et la moitié d’une population de 18 millions d’habitants déplacée. En mai dernier, l’OSDH (Observatoire syrien des droits de l’homme) estimait l’ampleur des pertes humaines à 400.000. De leur côté, et malgré l’implication de la coalition internationale et de la Russie, les rebelles syriens continuent leur lutte à la fois contre le régime de Bachar el Assad et contre Daech. Daech, ou Etat islamique, tire ses origines de l’intervention américaine en Irak en 2003, à la suite de laquelle le jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui a créé un réseau djihadiste. Rattaché à Al Quaeda dans un premier temps, l’organisation a pris son indépendance en 2006 pour se baptiser « Etat islamique en Irak ». Abou Bakr al-Bagdadi en a pris la tête en 2010, puis a étendu l’organisation en Syrie pour finalement fonder un califat en juin 2014, nommé Etat islamique au Levant. Sa stratégie première a été d’intensifier son emprise locale et de lutter contre ses adversaires directs, l’Etat irakien, les diverses forces chiites et les Kurdes. Cette stratégie s’est accompagnée d’attaques terroristes meurtrières à l’étranger comme celles de Paris en 2015, les attentats sur la plage de Souss en Tunisie, à Ankara, à Beyrouth, ou plus récemment à Bruxelles. Au mois de mars dernier, on recensait ainsi 129 actes terroristes commis par l’organisation et ses filiales dans 24 pays, faisant de l’EI l’organisation terroriste de loin la plus meurtrière dans le monde.

Publicité
Références

L'équipe

Philippe Meyer
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Adrien Naselli
Collaboration