Le siège du PS
Le siège du PS
Le siège du PS ©AFP - Martin Bureau
Le siège du PS ©AFP - Martin Bureau
Le siège du PS ©AFP - Martin Bureau
Publicité
Résumé

L'Esprit public cette semaine avec Sylvie Kauffmann, Hubert Védrine, Gilles Finchelstein et François-Xavier Bellamy.

avec :

Gilles Finchelstein (Directeur de la fondation Jean Jaurès), François-Xavier Bellamy (Député au parlement européen, président de la délégation française PPE), Hubert Védrine (diplomate, ancien ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Jospin et ancien secrétaire général de la présidence de la République sous François Mitterrand), Sylvie Kauffmann (Directrice éditoriale au journal Le Monde. Spécialiste notamment des questions internationales.).

En savoir plus

L'Esprit public cette semaine avec en plateau Sylvie Kauffmann, Hubert Védrine, Gilles Finchelstein et François-Xavier Bellamy.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Première partie : Socialisme, le grand déménagement?

Après une banqueroute électorale, financière, programmatique... le PS cherche une nouvelle adresse, plus loin des lieux de pouvoir, plus près des classes populaires. Une nouvelle adresse, de nouveaux leaders, et surtout une vraie réflexion/refondation. Parce que le « tout sauf Macron et Mélenchon » semble un peu court, parce qu’ailleurs aussi, le socialisme battu en Espagne, en Italie, en Allemagne doit se réinventer. Avec cette question lancinante en fond sonore : et si la social-démocratie avait vécu ? Comme l'écrivait déjà Aragon en 1931 dans son célèbre Front Rouge : « Feu sur les ours savants de la sociale démocratie. (...) J’assiste à l’écrasement d’un monde hors d’usage. »

Publicité

Sylvie Kauffmann : "Après la mort de François Mitterrand, le Parti socialiste a abandonné ce qui faisait son socle de valeurs : l’école, la laïcité, la sécurité, la nation."

Gilles Finchelstein : "Le problème du Parti socialiste c’est moins son adresse que son identité."

Deuxième partie : Daech, après le califat ?

Un fonctionnaire indonésien efface les drapeaux de l’Etat islamique peints sur les murs de la ville de Surakarta (Java).
Un fonctionnaire indonésien efface les drapeaux de l’Etat islamique peints sur les murs de la ville de Surakarta (Java).
© AFP - CITIZENSIDE / AGOES RUDIANTO / CITIZENSIDE

La chute de Raqqa après celle de Mossoul, le califat proclamé il y a plus de trois ans sur les territoires conquis en Syrie et en Irak semble toucher à sa fin. Et pourtant, nulle trace de triomphalisme dans la presse française. Car au-delà de la défaite militaire, territoriale, personne n’oserait affirmer que c’est la fin de Daech. Presque deux ans après les attentats du Bataclan à Paris, savons-nous mettre les bons mots, poser le bon diagnostic sur l’état des forces de l'Etat islamique ? A l'instar de Rodrigo Duterte, le président philippin, qui a triomphalement annoncé sa victoire militaire sur Isis dans la ville de Marawi sur l'île de Mindanao.

François-Xavier Bellamy : "Le procès d'Abdelkader Merah est aussi celui de nos insuffisances : sur le plan de l’école, et de nos politiques de sécurité."

Hubert Védrine "Il faut veiller à ne pas abandonner les musulmans modernisateurs comme on a abandonné le camp de la paix en Israël."

Références

L'équipe

Emilie Aubry
Emilie Aubry
Emilie Aubry
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation