Vive la crise ?
Vive la crise ? ©AFP - Dusan Stankovic
Vive la crise ? ©AFP - Dusan Stankovic
Vive la crise ? ©AFP - Dusan Stankovic
Publicité

Ce sont les effets positifs de la crise que nous proposons d'explorer aujourd'hui. Non par esprit de contradiction ou par provocation. Mais pour trouver de bonnes raisons – et il y en a en Europe, dans le monde et en France – d’aborder 2021 de façon moins décourageante que nous n'avons vécu 2020.

Avec
  • Monique Canto-Sperber Philosophe, directrice de recherche au CNRS, ancienne directrice de l’ENS et ancienne présidente de l'université Paris sciences et lettres (PSL), auteure de plusieurs ouvrages de philosophie antique et philosophie morale contemporaine
  • Bertrand Badie Politiste, spécialiste des relations internationales
  • Hubert Védrine diplomate, ancien ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Jospin et ancien secrétaire général de la présidence de la République sous François Mitterrand
  • Thierry Pech directeur général de Terra Nova

Depuis bientôt un an, nous vivons au rythme des bulletins de santé quotidiens de la France et du monde. Courbes de mortalité, taux de contamination à la Covid 19, avancées, reflux et rebonds de cette pandémie ont envahi nos existences de façon obsédante.

Ce virus inédit et désormais mutant a chamboulé la planète et provoqué des dégâts considérables. Rappelons, pour mémoire : la plus sévère crise économique depuis un siècle. Des secteurs entiers menacés : la culture et les loisirs, le sport et les transports, la restauration, le tourisme etc. Un niveau de chômage dont chacun redoute qu’il explose quand seront levées les mesures de protection massives adoptées ces derniers mois. Un niveau d’endettement des Etats sans précédent en temps de paix.

Publicité

Enfin, une crise psychologique, morale, presque anthropologique qui mine des sociétés partagées entre anxiété, abattement et colère. Vous connaissez la fable : « Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés »… Il serait absurde de l’occulter. Et nous n’avons cessé, au fil des semaines, d’analyser tous les aspects de ce traumatisme planétaire et d’en évaluer les conséquences.

Reste que toute crise produit des prises de conscience salutaires, des remises en cause bénéfiques, de nouvelles façons d’affronter les défis du moment. 

Ce sont ces effets positifs de la crise, dès maintenant ou à plus long terme, que je vous invite à explorer aujourd’hui. Non par esprit de contradiction ou par provocation. Mais pour trouver de bonnes raisons – et il y en a en Europe, il y en a dans le monde, en France également me semble-t-il – d’aborder 2021 de façon moins décourageante que nous n’avons vécu 2020.  

L'équipe