France Culture
France Culture
Publicité

3 livres auxquels vous avez échappé en 2013 :

Pierre Bourdieu : Manet, une révolution symbolique (Seuil)

Publicité

Cornelius Castoriadis : La question du mouvement ouvrier (Éditions du Sandre)

**Maurice Godelier ** : Lévi-Strauss (Seuil)

Revue Sciences Humaines janvier 2014 N°spécial La bibliothèque des idées aujourd’hui 200 livres qui comptent

Pas de rapport entre ces trois livres, si ce n’est que chacun est à sa manière le fruit d’un dialogue et d’une connivence profonde avec son objet, qui est à chaque fois un sujet : Maurice Godelier fut maître-assistant de Claude Lévi-Strauss au début de son beau parcours d’anthropologue spécialiste de Papouasie-Nouvelle Guinée et de la « production des grands hommes » chez les Baruya. Cornelius Castoriadis, le fondateur avec Claude Lefort du groupe Socialisme ou barbarie – et qui anima la revue du même nom – traite de la question du mouvement ouvrier dans les deux premiers tomes de ses Écrits politiques que les Éditions du Sandre ont entrepris de publier dans leur intégralité et si l’on en croit Pascale Casanova qui a participé à l’édition du cours de Bourdieu sur Manet au Collège de France, le sociologue dirait constamment entre les lignes « Manet, c’est moi »…

bourdieu
bourdieu

Il est vrai que la profonde affinité qui lie Bourdieu à Manet saute aux yeux dans ces cours qui ont gardé la vivacité de la parole vivante. Dans Les Règles de l’art , déjà, il se référait souvent au peintre, le rapprochant de Flaubert, un autre « fondateur de champs » et la pugnacité avec laquelle Manet ouvre celui de la peinture moderne, comme par effraction, contre l’académisme de son temps alors qu’il en est le pur produit par sa formation ne pouvait que séduire le sociologue « qui a contribué à changer l’école, la pédagogie, les profs ». Lorsque Bourdieu analyse en détail ce qui a fait scandale dans Le déjeuner sur l’herbe , il trouve chez Manet l’éclatante confirmation de sa conception d’une « révolution symbolique », c’est-à-dire d’une subversion des valeurs et des règles de l’institution académique menée en son propre sein. C’est pourquoi l’œuvre laissa ses contemporains si perplexes lorsqu’ils ne se contentaient pas de la vilipender, car ils ne pouvaient pas lui opposer l’autorité de principes esthétiques que le peintre connaissait parfaitement. La lumière frontale et la peinture par aplats qui renonce aux modelés en faisant « éclater le nu comme nu », le regard de cette femme tourné vers le spectateur et qui l’introduit dans la scène – si caractéristique de la manière du peintre – l’effet de collision entre le noble et le trivial produit notamment par la taille du tableau, trop grand pour une scène de genre, ou par les références, discrètes ou parodiques au Titien et à Raphaël, tout cela fait que – je cite « Manet répond dans le tableau même à ses détracteurs », comme s’il « avait mis dans un coin un signe de son excellence ». « Moi-même – ajoute Bourdieu – je cite des phrases latines pour montrer que je pourrais si je voulais… », déclenchant le rire de ses auditeurs.

casto
casto

Dans les écrits politiques de Castoriadis sur le mouvement ouvrier rassemblés en deux volumes et où figurent de nombreux inédits, on trouvera le même souci de se situer à l’intérieur de son sujet, sans projeter une théorie abstraite sur la réalité concrète. Des grèves sauvages de l’industrie automobile américaine ou des dockers anglais aux textes sur le mouvement révolutionnaire sous le capitalisme moderne, en passant par l’analyse des élections françaises ou anglaises de 56 et 59, la controverse avec Sartre sur le stalinisme et les ouvriers, la question des organisations de la classe ouvrière ou de la politique du Parti communiste italien, c’est toujours au cœur de l’événement et à « partir de la situation concrète des ouvriers dans la production » que Castoriadis conduit ses analyses, et la présentation chronologique de ces articles en fait une sorte de journal de campagne et de pensée que chacun pourra greffer sur le cours de l’histoire pour en éclairer ou en discuter le sens.

godelier
godelier

Du Lévi-Strauss de Maurice Godelier, Robert Maggiori estimait dans le journal Libération qu’il « est comme un Bourdieu qu’aurait écrit Michel Foucault, un Jankélévitch qu’aurait signé Emmanuel Lévinas ou un Dumézil qu’aurait publié Jean-Pierre Vernant : deux pensées se regardant en miroir et s’éclairant l’une l’autre. » Si la dimension critique n’est pas absente, notamment sur l’exclusivité accordée à la parenté pour constituer l’infrastructure d’une société, estompant du même coup les rapports de souveraineté, de pouvoir et donc la politique, on peut aussi lire ce livre comme une biographie de la pensée de Lévi-Strauss.

Jacques Munier

[

SH
SH

](http://www.scienceshumaines.com/la-bibliotheque-des-idees-d-aujourd-hui_fr_521.htm)

Revue Sciences Humaines janvier 2014 N°spécial La bibliothèque des idées aujourd’hui 200 livres qui comptent

http://www.scienceshumaines.com/la-bibliotheque-des-idees-d-aujourd-hui_fr_521.htm