Du Larsen dans Guéthary - Arnaud Contreras
Du Larsen dans Guéthary - Arnaud Contreras
Du Larsen dans Guéthary - Arnaud Contreras
Publicité
Résumé

Arnaud Contreras et Cosmic Neman électrisent la mémoire du poète Paul-Jean Toulet. En 1920, dans la petite station balnéaire de la côte basque qui abrite des pêcheurs puis des surfers, le poète s'éteint. En 2020, des artistes revendiquent son héritage et produisent du "larsen" dans Guéthary.

En savoir plus

Une Expérience signée Arnaud Contreras et Cosmic Neman, réalisée par Gilles Mardirossian

A l’occasion d’une résidence d’artiste à Guéthary, Arnaud Contreras et Cosmic Neman ont tenté de créer du larsen dans le village et sur le rivage, en hommage au poète Paul-Jean Toulet. Au travers d’une performance et d’une installation composées de musiques électroniques, de textes, de photographies, de prises de sons, ils déterrent la mémoire du poète maudit de Guéthary.

Publicité

De 1916 à 1920, le poète et romancier Paul-Jean Toulet réveille Guéthary, belle endormie. Ce petit village de pêcheurs basques et lieu de villégiature de la bourgeoisie parisienne, ne comprend pas ce qui lui arrive.

Grand mondain, opiomane, l’homme de lettres reçoit dans sa maison Etcheberria ses condisciples parisiens et bordelais, organise des fêtes et tournois littéraires.

Il s’éteint en 1920, laissant derrière lui une somme conséquente de poèmes et de romans, ainsi qu’une mémoire que le village enterre aussi vite que possible.

"Iris, à son brillant mouchoir,                                        
De sept feux illumine                                        
La molle averse qui chemine,                                        
Harmonieuse à choir.                                        
Ah, sur les roses de l’été,                                        
Sois la mouvante robe,                                        
Molle averse, qui me dérobe                                        
Leur aride beauté.                                        
Et vous, dont le rire joyeux                                        
M’a caché tant d’alarmes,                                        
Puissé-je voir enfin des larmes                                        
Monter jusqu’à vos yeux." Poème de Paul-Jean Toulet, Les Contrerimes.

Toulet devient le poète maudit de Guéthary. On ne veut pas trop associer sa vie d’artiste aux mœurs dites sages du lieu.

Un siècle plus tard, Guéthary se réveille de nouveau. Une vieille maison, la pension Marienia, diffuse un esprit libertaire dans le village. Dans les années 1960, elle fut le premier refuge des surfers américains qui firent découvrir leur passion aux jeunes basques. Aujourd’hui, elle est toujours une pension de surfers, mais aussi un lieu de résidence d’art contemporain et d’activisme.

Armelle et Etienne, jeunes hôteliers-commissaires d’exposition fédèrent autour d’eux tout un réseau d’artistes contemporains, les exposent, les publient. Certains de ces artistes revendiquent l’héritage spirituel de Toulet.

A Marienia, on célèbre en musique, en créations, la liberté de penser, de créer, on mène des joutes sur les questions de protection de la nature, on s’insurge contre la promotion immobilière dévorante. On produit du "larsen" sur un territoire de plus en plus lisse.

Pour aller plus loin

Générique

Avec : Armelle et Etienne de La Maison Marienia, Marie-Dominique de Poix, Alain Gardinier, Nahia Zubeldia et Manu Matthys du groupe Lumi, Gerard et Denis Damestoy, Txomin Dhers, Janvier Lissardy et Delphine de Chasteigner.

Extraits : "Une vie, une œuvre" Paul-Jean Toulet, France Culture, 1987 ; "Le goût de l’extrême" : la tribu des surfers, entretien par Laurence Bloch avec Alexandre Hurel, France Culture, 1999.

Prise de son : Fabien Gosset

Mixage : Jean-Baptiste Etchepareborde

Réalisation :  Gilles Mardirossian

Une création sonore d’Arnaud Contreras et Cosmic Neman

Remerciements

Merci à Gorka Seguy-Duinat, Peio I. Erramouspe, Pierre Lafitte, Les Moï Moï, Juan Lagarrigue, Inaki de Betelu, Au Madrid, Au Kako Etxea à Saint Jean de Luz, à Véronique de Meritens et à Zaneta.

Références

L'équipe

Aurélie Charon
Aurélie Charon
Aurélie Charon
Production
Aurélie Marsset
Collaboration
Gilles Mardirossian
Réalisation
Inès Dupeyron
Collaboration
Arnaud Contreras
Production déléguée