De retour d’un an de route, Australie en 2015
De retour d’un an de route, Australie en 2015 - Brice Andlauer
De retour d’un an de route, Australie en 2015 - Brice Andlauer
De retour d’un an de route, Australie en 2015 - Brice Andlauer
Publicité

Peut-on vraiment revenir quelque part ? Brice Andlauer interroge les ambiguïtés des retours de voyage après une expérience qui vous transforme. Comme l'énonce le photographe Frédéric Lecloux : "la difficulté de ne faire toujours que passer, rend les retours insupportables".

Une Expérience signée Brice Andlauer, réalisée par Thomas Dutter

Ce documentaire de Brice Andlauer débute avec cette envie d’enregistrer des retours de voyage. Au printemps 2022, sa sœur Alice est revenue de son premier long voyage à l’étranger en itinérance ; initialement prévu pour une durée de six mois, il s'étendra sur plus de deux années.
Ce voyage était pour Alice Andlauer un rite initiatique lui permettant d’affirmer son indépendance, d’explorer ses forces et ses failles. Au cours de ce périple, il y eut des rencontres, des déménagements, des séparations ainsi que des deuils vécus à distance.

Publicité

En écho à ces événements, résonnent ces questionnements : as-tu changé ? Qu’as-tu appris ? Qu’est-ce que ça fait de revenir ici après tout "ça" ? Ce retour en forme de miroir permet d’aborder les questions qui ont obsédé Brice Andlauer à chacun de ses propres retours. Les sons du récit intime familial se mêlent aux rencontres.
Tout d'abord avec le photographe Frédéric Lecloux parti déconstruire le mythe de l’écrivain voyageur, puis avec Michel Colleu, collecteur de chants marins voyageant à travers les histoires des autres en regardant des épaves, enfin avec Nastassja Martin, anthropologue de retour dans sa région natale. La chercheuse Nastassja Martin vit maintenant dans les Hautes-Alpes, six ans après avoir été attaquée par un ours au nord-est de la Russie. Lors de ce voyage d'étude en 2015, elle était immergée dans le quotidien d’éleveurs de rennes revenus à la terre après la chute de l’URSS. Après cette attaque et confrontation avec l'ours, elle a ressenti le besoin de rentrer, d’écrire et de redéfinir cet événement vécu comme une métamorphose et la rencontre de deux mondes.

Peut-on vraiment revenir quelque part ? Est-on condamné à répéter les mêmes cycles indéfiniment ? Et si oui, à quoi bon partir ? Ces questions sont explorées rencontre après rencontre, pour tenter de comprendre ce que signifie l’éternel retour, et comment vivre avec.

Cimetière de bateaux à Douarnenez
Cimetière de bateaux à Douarnenez
- Maxime Leblanc

Pour en savoir plus

Bibliographie

  • L'usure du monde : hommage à Nicolas Bouvier de Frédéric Lecloux, Le Bec en l'air, 2008.
  • Croire aux fauves de Nastassja Martin, éditions Verticales, 2019.
  • A l'est des rêves : réponses even aux crises systémiques de Nastassja Martin, Les Empêcheurs de penser en rond, 2022.
  • L'usage du monde de Nicolas Bouvier, Lizzie, 2021.

Filmographie

  • Kamtchatka, un hiver en pays Evene écrit par Nastassja Martin, réalisé par Mike Magidson, 2018.
La Grave, face au massif de la Meije dans les Hautes-Alpes, lieu-ressource pour l’anthropologue Nastassja Martin
La Grave, face au massif de la Meije dans les Hautes-Alpes, lieu-ressource pour l’anthropologue Nastassja Martin
- Brice Andlauer

Générique

Avec les récits de :

  • Alice Andlauer, voyageuse
  • Frédéric Lecloux, photographe
  • Nastassja Martin, anthropologue
  • Michel Colleu, chanteur, collecteur de chants marins à l'Office du Patrimoine Culturel Immatériel et cofondateur de la revue Chasse-Marée

Avec Eliane Bouvier, peintre -entretien en août 2020-

Lecture : Lila Tamazit, comédienne et Alice Andlauer

Textes : extraits de la chanson Tôt le matin de Gaël Faye et du récit Croire aux fauves de Nastassja Martin

Musiques

  • Three white horses d'Andrew Bird
  • Jesus' Blood never failed me yet de Gavin Bryars
  • Flight IC408 de State of bengal
  • Introduction de KOOP
  • Ocean de John Butler

Mixage : Guillaume Ledu

Réalisation : Thomas Dutter

Une création sonore de Brice Andlauer

58 min