. ©Getty -  Dan Brownsword
. ©Getty - Dan Brownsword
. ©Getty - Dan Brownsword
Publicité
Résumé

Mais pas parisianiste, puisqu’elle est à mon avis révélatrice de la France, c’est pour ainsi dire le nouveau point zéro des routes de France.

En savoir plus

Je vous emmène ce matin en voyage, en voyage au cœur de Paris, très précisément à l’intersection de la rue de Rivoli, de la rue du Pont Louis-Philippe et de la rue Vieille-du-Temple, tout près du quartier juif et du quartier gay. 

Imaginez-vous en voiture et vous arrivez à l'angle de la rue du Pont Louis-Philippe… Et là, soudain, une surprise, les quatre voies possibles sont toutes en sens interdit… Si vous êtes en voiture, vous ne pouvez pas avancer, ni tourner à droite ou à gauche et encore moins rebrousser chemin, vous êtes fait comme un rat, ou plus exactement comme un automobiliste parisien. 

Publicité

Une manière - comme cela a été largement évoqué - de rendre hommage à Raymond Devos et à son sketch le « plaisir des sens » où un automobiliste se retrouve coincé à un carrefour avec les sens dessus dessous – dont voici un extrait :

« Monsieur l'Agent ! Il n'y a que quatre rues et elles sont toutes en sens interdit. Il me dit :" Je sais… c'est une erreur." Je lui dit "Mais alors...pour sortir ?..." Il me dit "Vous ne pouvez pas !" , "Alors ? Qu'est-ce que je vais faire ?", "Tournez avec les autres", "Ils tournent depuis combien de temps ?", "Il y en a, ça fait plus d'un mois. »

La mairie de Paris s’en est aperçue et a rectifié la situation. Mais j’espère malgré tout, que l’on va rebaptiser ce carrefour Raymond Devos, ce serait ainsi un lieu de mémoire, mais aussi une incarnation concrète du sketch de l’humoriste… À moins que ce nouveau point zéro des route de France - « 0,0 » puisque l’on ne peut pas s’en échapper - soit l’importation en matière routière de l’adage selon lequel « trop de loi tue la loi », trop de sens interdit tue le sens interdit. 

Puisque contrairement au sketch de Devos, les automobilistes ne restent pas bloqués là pendant des siècles, ils s’échappent rapidement, et donc ils empruntent une voie interdite. Et c’est bien cela le problème, finalement l’excès de loi incite à violer la loi… La preuve française que la multiplication des sens interdit, permet finalement d’ignorer l’essence de l’interdit. 

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Guillaume Erner
Guillaume Erner