La télécabine, lieu de reconstitution de la cellule familiale
La télécabine, lieu de reconstitution de la cellule familiale ©AFP - PHILIPPE ROY / AURIMAGES
La télécabine, lieu de reconstitution de la cellule familiale ©AFP - PHILIPPE ROY / AURIMAGES
La télécabine, lieu de reconstitution de la cellule familiale ©AFP - PHILIPPE ROY / AURIMAGES
Publicité

Absolument, les français ne sont pas égaux face à la neige. Tous ne réagissent pas de la même façon par rapport à elle, d’un coté ceux qui doivent se déplacer malgré la neige, les français matinaliers par exemple, et puis de l’autre coté, ceux qui se réjouissent de la neige parce qu’ils vont skier.

Deux France inégales devant le flocon, y a ka – jeu de mot ! D’un coté une France laborieuse, de l’autre une France oisive, objet principal d’une multitude de sujets télévisés. Contre la France de la déprime, la France grise, on a inventé la France blanche, celle qui a le nez dans la poudreuse. Un marronnier fleurit de janvier à mars : mieux que les faits divers, la neige prolégomènes aux sports d’hiver.

Une pente glissante qui recèle un mystère : pourquoi tant de sujets sur le ski, alors même que la France est coupée en deux, 92 % des français souffrent de la neige, et 8 % seulement des français partent au ski ? Alors pourquoi tant de reportage neigeux ?

Publicité

Parce les sommets distillent une morale, ils donnent à voir un spectacle édifiant. La plaine est morne, la Méditerranée vicieuse, seule la montagne propose de l’air pur. Monter les pentes, les redescendre ; enfin un mouvement de va et vient tout public… Régénération du corps et de l’esprit, élévation spirituelle devant les sommets, de la jeunesse et pourtant pas d’incivilité. Les familles que la vie décompose se recomposent dans les télécabines, le froid veille au grain qui empêche les pulsions malsaines.

La mer est sexuée, seule la neige est tout public, car sous la doudoune il n’y a plus ni homme ni femme, il n’y a plus qu’une catégorie rassurante : celle du skieur. Pas de corps indécent à la montagne, même le tire fesse n’est pas obscène.

Bref, comme l’écrivait Roland Barthes, « la montagne est un lieu d’éjaculation morale ».

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Mydia Portis-Guérin
Réalisation