April Benayoum, Miss Provence, félicite Amandine Petit, Miss France 2021
April Benayoum, Miss Provence, félicite Amandine Petit, Miss France 2021  ©AFP
April Benayoum, Miss Provence, félicite Amandine Petit, Miss France 2021 ©AFP
April Benayoum, Miss Provence, félicite Amandine Petit, Miss France 2021 ©AFP
Publicité

Le capitaine Dreyfus tout comme Miss Provence était juif et cela a suscité des réactions hétérogènes partageant toutefois un trait commun : la haine.

La nature de l’antisémitisme réside dans la haine. Elle s’applique à tout thème, toute personne, tout motif, depuis Mister Dreyfus jusqu’à Miss Provence. 

L'antisémitisme n'épargne aucun domaine. Il n'y a pas une croyance ou une superstition où il n’est pas question d’une manière ou d’une autre de Juifs. Et c'est là toute sa puissance. Miss Provence, alias April Benayoum, a expliqué qu’elle avait des origines israéliennes, s’attirant en retour non pas des remarques sur la politique israélienne, mais des commentaires sur la politique hitlérienne, laquelle n’aurait pas été ambitieuse à certains égards. Je le signale uniquement pour ceux qui voudraient croire qu’il ne s’est agi que d’antisionisme et pas d’antisémitisme tout court. 

Publicité

Il peut donc y avoir une version antisémite de l’élection de Miss France, et c’est cela en fait la spécificité de l’antisémitisme. Demain, il y aura peut-être un épisode antisémite à Fort Boyard, un Interville anti-juifs, un Fais pas ci fais pas ça les Juifs, ou bien encore un Tour de France judéophobe. 

Vous pensez que j’exagère ? Songez au Covid. A priori le Sars-CoV-2 n’est pas sémite, il n’est pas né dans l'houmous ou le gefilte fish. Et les pangolins, si ce sont eux les responsables, n’ont pas décidé de propager le Sars-Cohen-2 dans une synagogue de Wuhan. Mais tout ça n’est pas grave, ça n’a aucune importance... Aujourd’hui le coronavirus a sa version juive, ou plutôt antisémite, où il est question de Levy et de Cohen. C'est la preuve que tout, en France, peut avoir une dimension juive. 

Voilà pour l’affaire Miss France, l’affaire Covid … Et l’affaire Epstein ? Eh bien elle concerne un Epstein, un pédocriminel américain. Et là, impossible d’échapper à l’antisémitisme, puisque le nom du criminel est un nom juif. Eh bien en lisant le JDD hier, je suis tombé sur une photo d’un homme en garde à vue dans l’affaire Epstein, un certain Jean-Luc Brunel. Brunel est soupçonné d’être l’un des complices d’Epstein… Et Brunel, si vous voulez tout savoir, ce n’est pas un nom juif… Mais sur la photo illustrant l’article, Brunel portait une casquette où il était inscrit « Israël Army ». Et je me suis dit mais pourquoi ? Pourquoi avoir choisi cette photo-là ? J’en voulais à ce type de ne pas avoir posé avec une casquette de l’armée Bosniaque, ou Tamoul, ou que sais-je… J’en voulais aussi au journal de ne pas avoir choisi une autre photo de ce type, puisque j’imagine que ce Brunel n’a pas toujours une casquette de l’armée israélienne vissée sur la tête… 

Mais voilà la puissance de cet imaginaire antijuif : en France aujourd’hui, toute histoire, n’importe laquelle, du vaccin à Jean-Luc Brunel, doit finir en histoire juive. 

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Mydia Portis-Guérin
Réalisation