Différents vaccins
Différents vaccins
Différents vaccins ©Getty -  David Pereiras
Différents vaccins ©Getty - David Pereiras
Différents vaccins ©Getty - David Pereiras
Publicité
Résumé

Absolument, parce que les choses se confirment : il y a un vaccin Dacia et un vaccin Vuitton, et un autre Prada si vous préférez.

En savoir plus

Enfin, ce que je veux dire, c’est qu’il y a un vaccin que les gens veulent et un autre dont les gens ne veulent pas. Et la pénurie des uns ne donnera pas envie de prendre l’autre. Alors bien sûr, je ne suis pas capable de savoir si le vaccin AstraZeneca est identique aux deux autres ou s’il a plus ou moins d’effets secondaires… Ce que je sais, ce que je vois, c’est qu’il est désormais perçu partout dans le monde comme un vaccin bas de gamme, un vaccin Aldi. Et peu de monde veut un vaccin Aldi, sauf à ne vraiment pas avoir le choix. 

À réécouter : La vaccination d'Olivier Véran ou comment sauver le vaccin Astra Zeneca

Cette histoire où le marketing empiète sur la médecine est une sorte de superfail dans le superfail, un échec dans un fiasco. Autrement dit, au cours d’une campagne de vaccination qui se passe, -comment dire - à un rythme un peu lent, eh bien l’un des vaccins a été méthodiquement présenté comme moins efficace que les autres, et même, plus dangereux.

Publicité

"Il y a moins bien mais c’est plus cher, vous en voulez ?"

C’est un peu comme si l’on avait dit aux personnes à vacciner : « il y a moins bien mais c’est plus cher, vous en voulez ? ». Il faut beaucoup de naïveté, ou de méconnaissance de nos sociétés pour croire que dans l’univers consumériste avancé qu’est le nôtre, la stratification - l’idée de classer les produits entre haut de gamme et bas de gamme -, s’arrêterait au seuil du cabinet médical. Nous classons tout : les écoles, les hôpitaux, les radios, les thermomètres, les masques et les atomixeurs… Il allait de soi qu’on allait faire de même avec les vaccins. Désormais, la pente à remonter pour le vaccin AstraZeneca est rude, le ministre de la Santé a beau s’être fait vacciner avec, les gens n’en veulent toujours pas. Le gouvernement tout entier pourrait bien rouler en Lada, ça n’ôterait pas l’envie de rouler en Mercedes. Voilà pourquoi pour le moment tout le monde veut le vaccin Picard - je veux dire celui qui fait sérieux - qui se conserve à – 80°. 

À réécouter : Pourquoi le vaccin AstraZeneca suscite-t-il autant de réticences ?

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production