Paris 2024 : "Les Phryges" seront les mascottes des Jeux olympiques et paralympiques.
Paris 2024 : "Les Phryges" seront les mascottes des Jeux olympiques et paralympiques. ©AFP - FRANCK FIFE
Paris 2024 : "Les Phryges" seront les mascottes des Jeux olympiques et paralympiques. ©AFP - FRANCK FIFE
Paris 2024 : "Les Phryges" seront les mascottes des Jeux olympiques et paralympiques. ©AFP - FRANCK FIFE
Publicité

Je ne dis pas cela uniquement pour prononcer le mot de clitoris à la radio. La mascotte olympique pour les JO de 2024, dévoilée hier, ne ressemble à un bonnet phrygien que pour ceux qui ignorent ce que sont un bonnet phrygien et un clitoris.

Voilà donc l’hommage de la France au sport féminin. Une première, puisqu’en plaçant ces jeux olympiques sous l’autorité de cet organe, notre pays fait une annonce forte : la testostérone est superflue, elle peut être reléguée au second plan dans une compétition sportive, le sport féminin a désormais toute sa place, du vélo jusqu’au foot, d’ailleurs au lieu de regarder la coupe du monde au Qatar je vous conseille de regarder le merveilleux film d’Anissa Bonnefont, “Nadia”, l’histoire vraie d’une jeune Afghane réfugiée au Danemark suite à l'exécution de son père par les talibans, Nadia devenue l’une des meilleures joueuses de foot au monde.

Mais revenons à notre mascotte des JO 2024, une mascotte féminine, il faut dire que cela nous change des autres JO qui avaient tendance à mettre la prostate à l’honneur, la prostate ayant été décrite comme le “clitoris du pauvre”. Il faut saluer ce geste, une excellente nouvelle pour le plaisir féminin mais aussi pour la pédagogie en la matière, plus personne ne pourra dire impunément que le Clitoris est le dernier modèle de chez Toyota, et c’est tant mieux parce qu’une voiture comme mascotte des JO cela aurait fait désordre. De surcroît, je vous rappelle à toutes fins utiles que le clitoris n’a pas de direction assistée.

Publicité

Pour le reste, je suis sûr que ces JO entreront dans l’histoire, pas tellement pour les performances sportives qui s’y dérouleront, mais parce qu’au travers de leur mascotte, ils témoignent du changement d’ère auquel nous assistons, la suprématie masculine attaquée dans son bastion, autrement dit le sport, ces clitoris devenus emblèmes marquent une étape importante et pas seulement en matière de choix dans la date, 2024, mais à côté, voilà une leçon que la France donne au monde pour ne plus se tromper d’endroit.

L'équipe