La « glucose révolution ». ©Getty - Peter Dazeley
La « glucose révolution ». ©Getty - Peter Dazeley
La « glucose révolution ». ©Getty - Peter Dazeley
Publicité
Résumé

Beaucoup de Français la font ces temps-ci puisque, si j’en crois le classement des meilleures ventes d’ouvrages publié par "L’Express", le livre de Jessie Inchauspé, « Faites votre glucose révolution » ( Robert Laffont ) est en tête des ventes.

En savoir plus

Comme quoi, l’idéologie ça fonctionne. Ce n’est plus la lutte des classes, mais la lutte des glaces : oui vous avez le droit à une glace mais ne mangez pas que cela. Une révolution frappée au coin du bon sens, faites votre glucose révolution c’est ce que l’on appelle une révolution de palais. Et puis franchement ça nous change de Yotam Ottolenghi, vous savez Ottolenghi le chef israélien qui a réhabilité la courgette, il aurait d’ailleurs pu intituler son dernier livre "Faites votre courgette révolution", je ne comprends pas pourquoi il l’a bêtement intitulé « Jerusalem ». Moi à titre personnel, je préfère la glucose révolution à la courgette révolution, puisque la courgette est un peu le rat du légume – je m’excuse auprès des courgettes qui nous écoutent.

Mais je reviens à la glucose révolution : voilà donc une méthode qui fait date, une vraie rupture paradigmatique, proposée par une influenceuse dotée de 793.000 followers sur Instagram me dit L’Express, et comment une instagrammeuse dotée d’autant de followers pourrait-elle se tromper ? Comme le disait Staline, le Vatican, combien de followers ? Pourtant lorsqu’on la détaille, la « glucose révolution » est plutôt centriste, je veux dire que l’on y trouve pas de djihadisme gastronomique. Car le premier conseil de Jessie Inchauspé consiste, je cite Paris Match, à ne pas se priver de glucose, puisque je cite, celui-ci est indispensable, mais il ne doit pas arriver trop vite dans le sang, d’où l’importance d’en ralentir la digestion en le plaçant en fin de repas. Je ne sais pas si vous mesurez la révolution en cours, placer le sucre en fin de repas – n’a-t-on pas trouvé le Copernic de la diététique, vous qui débutiez généralement votre repas en vous bâfrant de Paris-Brest, il est temps que vous changiez tout – pour ma part, je suis un nouveau converti, la glucose révolution c’est un véritable changement de régime, mieux que la sixième République, une nouvelle religion. Il faut placer le glucose à la fin du repas, et l’on appellerait cela le dessert, puisque comme le disait à peu près Renan, le dessert est métaphysique.

Publicité
Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production