Novak Djokovic en février 2020 en Australie.
Novak Djokovic en février 2020 en Australie.
Novak Djokovic en février 2020 en Australie. ©AFP - Greg WOOD
Novak Djokovic en février 2020 en Australie. ©AFP - Greg WOOD
Novak Djokovic en février 2020 en Australie. ©AFP - Greg WOOD
Publicité
Résumé

Lorsqu’il est question de question morale, mon réflexe est toujours le même : réveiller Max Weber, car pour Max Weber, vous le savez, il y a deux types d’éthiques.

En savoir plus

Il y a donc deux types d’éthiques, autrement dit de bonne raison morale, l’éthique de conviction, les principes si vous préférez, et l’éthique de responsabilité, les principes confrontés à la réalité, et bien souvent ce n’est pas la même chose.

En l’occurrence, du point de vue de l’éthique de conviction, il n’y pas à tortiller le cordage de la raquette : impossible de faire une exception avec lui, ce n’est pas parce que Djokovic est un excellent joueur de tennis, le meilleur probablement, qu’il mérite d’être au dessus des lois – notre conception de la démocratie et du respect des lois ne supporte aucune entorse et il est hors de question de recréer une nouvelle aristocratie à base de classement ATP, ou pourquoi pas de nombre de vues sur Youtube.

Publicité

En revanche, du point de vue de l’éthique de responsabilité, les choses sont très différentes. Car en refusant Djokovic, alors que les autorités tennistiques australiennes avaient semble-t-il préparé le terrain à son entrée sur le territoire, en refusant la participation de ce joueur au tournoi, Novak est devenu Novax comme le dit plaisamment la rumeur publique. En d’autre termes, la lutte contre le vaccin anti-Covid à son Jean Moulin, il s’appelle désormais Nowak Djokovic.

Et cela n’est pas indifférent : que son père le prenne pour Jésus Christ, cela n’a rien d’étonnant, beaucoup de parents pensent élever le messie, fut-ce un Jésus Christ des Hilton, puisque dit-il Nowak est enfermé dans sa chambre d’hôtel. Mais l’opinion publique fait de Djokovic un tout autre messie. Si on l’avait laissé rentrer sur la foi d’une guérison du Covid, d’un test, que sais-je encore, il n’y aurait pas d’affaire. Au lieu de cela, voila cet homme qui met sa notoriété, et surtout son image de vie saine, bonne et performante au service de la lutte contre le vaccin.

Et c’est cela qui est terrible, pour les défenseurs du vaccin, voila un corps glorieux, une machine à gagner, qui refuse cette seringue – en refusant, à juste titre, de faire une exception – cette non exception est devenue un symbole.

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production