Poutine rencontre Macron à Moscou au Kremlin le 7 février 2022.
Poutine rencontre Macron à Moscou au Kremlin le 7 février 2022.
Poutine rencontre Macron à Moscou au Kremlin le 7 février 2022. - Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP
Poutine rencontre Macron à Moscou au Kremlin le 7 février 2022. - Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP
Poutine rencontre Macron à Moscou au Kremlin le 7 février 2022. - Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP
Publicité
Résumé

Ou plus exactement, la plus longue table du monde pour deux personnes. Si vous n’avez pas vu cette scène, je vous la décris. Hier, les deux présidents, Vladimir Poutine et Emmanuel Macron, ont été photographiés lors de leur tète a tète au Kremlin.

En savoir plus

Macron à gauche, Poutine à droite, deux présidents esseulés sur une table infinie, interminable, peut-être dix mètres de long, une table blanche recouverte probablement de marbre, immaculée et froide, à vue de nez il devait faire environ moins 10 degrés dans cette pièce. Une image qui peut évidemment illustrer la manière de manger avec le diable – il y faut une longue cuillère – ou bien au contraire un éloignement pratique pour que l’un puisse tendre une perche à l’autre – à cette distance là, ils ne risquent pas de se faire du pied, ou bien enfin, la remarque désabusée, on est loin…

Mais s’il fallait représenter le divorce de deux mondes, cette photo suffirait, cette table immense et cet écart immense avec au milieu un centre de table sous forme d’un bouquet ridicule, sorte de petit monticule dérisoire, une poignée de fleurs blanches absurdes, a coté de quoi une couronne mortuaire paraîtrait plus amusante.

Publicité

Cette table est le résumé de ce que l’on vient de vivre en pire, la distanciation sociale, poussée à l’infini, l’autre comme un reflet ou une abstraction, à l’abri des gouttelettes, au loin, l’autre repoussé au plus loin. C’est aussi une métaphore de la rupture entre deux mondes, l'Europe et l'Eurasie, le capitalisme et son alternative, l’envers et l’endroit, une manière de montrer qu’il y a peut-être une alternative, et qu’entre deux c’est un désert de marbre, un espace infini, les grandes steppes qui embrassent l’ensemble du spectre politique…

Le spectre politique, d’ailleurs, c’est cela qui prédomine dans cette photographie immaculée qui est en couleur mais paraît en noir est blanc : tout est blanc sauf les deux costumes noirs des hommes d’état, deux couleurs pour deux mondes qui s’éloignent aux antipodes, deux pôles antagonistes, la Russie et l’Occident, c’est la photo d’une rencontre qui vient acter l’impossibilité d’une rencontre et l’obstacle physique au dialogue…

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production