"La montagne, ça vous gagne !" : les investisseurs ne croient pas au réchauffement climatique.
"La montagne, ça vous gagne !" : les investisseurs ne croient pas au réchauffement climatique.
"La montagne, ça vous gagne !" : les investisseurs ne croient pas au réchauffement climatique. ©Getty - Álex Cámara/Europa Press
"La montagne, ça vous gagne !" : les investisseurs ne croient pas au réchauffement climatique. ©Getty - Álex Cámara/Europa Press
"La montagne, ça vous gagne !" : les investisseurs ne croient pas au réchauffement climatique. ©Getty - Álex Cámara/Europa Press
Publicité
Résumé

Oui, le réchauffement climatique n’existe pas pour les investisseurs, et c’est très étonnant puisqu’un investisseur c’est quelqu’un qui doit parier sur l’avenir.

En savoir plus

Alors on pourrait s’attendre à ce que les grandes sociétés achètent des hectares en Sibérie pour les transformer le moment venu en fermes tropicales. Eh bien pas du tout, les investisseurs foncent tout schuss sur le ski, en témoigne un article paru dans le Wall Street Journal. Car figurez-vous qu’il existe une multinationale du ski, Vail Resorts, laquelle exploite des domaines skiables sur l’ensemble de la planète. 

Un excellent indice de la manière dont on se figure le réchauffement climatique puisque même sans connaissance approfondie dans le domaine du climat, on voit que la neige à tendance à fondre. "La montagne ça vous gagne", c’est toujours aussi vrai, mais les activités auxquelles on s’adonne là-bas sont de moins en moins enneigées, des ballades au VTT. 

Publicité

C’est un peu le test Don't Look Up, vous savez ce film qui fait grand bruit où le réchauffement climatique est présenté sous la forme d’une comète qui va s’écraser sur la Terre, et des scientifiques s’époumonent pour alerter sur ce fléau, en vain… Eh bien pour le ski c’est la même chose, le Wall Street Journal explique que Vail Resort ne s’est jamais si bien porté, malgré le manque de neige. Alors, certes, il y a la neige de culture, mais surtout ce qui a fait défaut à Vail Resort c’est le manque de bras, qui a provoqué des files d’attente gigantesques au remonte pente à Noël, avec un fort mécontentement des usagers. Car évidemment, avec le réchauffement climatique toutes les pistes ne peuvent pas ouvrir, et dans certaines stations seuls 50 % du domaine sont ouverts. 

Eh bien vous savez quoi, ça n’est pas grave… les investisseurs s'apprêtent à déverser près de trois milliards de dollars pour moderniser les installations, comme si la hausse des températures n’existait pas. Et c'est cela le plus étonnant, Dont look up, autrement dit le fait de ne pas croire en la catastrophe, c’est le quotidien de ces investisseurs et la difficulté de la prise de conscience. Les politiques ne sont pas les seuls à ne pas croire dans le réchauffement climatique, les financiers aussi n’y croient pas.

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production