Manifestation pour la défense de l'audiovisuel public à Paris le 28/06/2022. ©AFP - Thomas COEX
Manifestation pour la défense de l'audiovisuel public à Paris le 28/06/2022. ©AFP - Thomas COEX
Manifestation pour la défense de l'audiovisuel public à Paris le 28/06/2022. ©AFP - Thomas COEX
Publicité
Résumé

Vous avez entendu beaucoup de musique hier suite notamment à la suppression de la redevance, alors voici quelques paroles… Nous avons tout à perdre à gagner la redevance, autrement dit à ne plus la payer.

En savoir plus

D’abord parce que l’on continuera à la payer, s’il s’agit de continuer à financer l’audiovisuel public, il faudra bien que quelqu’un paye et ce sera vous, et ce sera nous. Restera le témoignage d’une absence, la fin de la redevance, comme la fin de la vignette audiovisuelle, mais cette fin-là recouvre un bien mauvais symbole. Car à l'époque où nous vivons, ce qui est gratuit ne vaut rien. Bien sûr, cette somme, la redevance, pesait sur certains budgets. Mais quel symbole agite-t-on lorsque l’on décide de supprimer une taxe destinée à financer un service public, et notamment une radio publique, laquelle n’est donc pas une radio d'État ?

5 min

La suppression de la redevance s’inscrit dans le mouvement de l’époque, hélas. Une époque qui vit dans l’illusion que l’information est gratuite et qu’il n’est par conséquent pas utile de payer pour en bénéficier. Certes, sur la radio publique en général et sur France Culture en particulier, il n’y a pas que de l’information, il y a aussi de la culture, des fictions, de la musique, tout ce qui fait que la vie mérite d'être vécue. Oui, mais voilà : le consentement à payer pour la culture existe, l’époque ne le remet pas en cause et tout le monde trouve normal d’être abonné à un théâtre pour les uns, à Netflix pour les autres, et souvent même aux deux. Ce qui est de moins en moins compris c’est qu’il faille payer pour l’information, un oubli qui pourrait nous faire perdre de vue qu’une information offerte est une information suspecte. On connaît la célèbre phrase sur Internet “si c’est gratuit c’est que vous êtes le produit”.

Publicité

Jusqu’ici la redevance était le signe du consentement à payer pour une information publique et il est important de soutenir ce consentement à payer pour les journaux privés comme pour les médias publics. Car sinon, s’il devient inutile d’acheter de l’information, c’est qu’elle risque fort d’être vendue.

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production