Réaction d'un homme à Bruxelles après les attentats ©Reuters - Vincent Kessler
Réaction d'un homme à Bruxelles après les attentats ©Reuters - Vincent Kessler
Réaction d'un homme à Bruxelles après les attentats ©Reuters - Vincent Kessler
Publicité
Résumé

Après la déchéance de nationalité, le gouvernement a une nouvelle fausse bonne idée: la prison à perpétuité.

En savoir plus

Si vous avez aimé la déchéance de nationalité, vous allez adorer la prison à perpétuité. La prison à perpétuité, voila la vraie bonne idée qui va polluer la conversation nationale pendant des lustres. Avec une autre constante, l’heureux mépris dans lequel on tient les sciences sociales dans ce pays. Parce que si nos hommes politiques s’intéressaient plus à la sociologie, cela nous priverait de savoureux débats.

Je m’explique. Abandonnons tout jugement moral sur cette proposition, et analysons-la froidement. Proposer la prison à perpétuité pour les terroristes peut s’analyser de deux manières. Première option, c’est une mesure symbolique, elle vise à montrer à la société que l’on ne mollit pas. Mais dire de cette mesure qu’elle est symbolique, c’est reconnaître explicitement qu’elle n’aura aucune efficacité vis-à-vis des terroristes.

Publicité

Seconde option, la prison à perpétuité est censée faire réfléchir les terroristes potentiels, les inciter à renoncer en quelque sorte à la carrière de djihadiste. Dans ces conditions, l’efficacité d’une telle mesure obéirait aux règles des théories de l’ « incentive », de l’incitation. L’idée de ces théories est de faire varier les coûts et les rétributions liées à une action particulière, afin de voir si les individus renoncent ou au contraire redoublent d’envie de commettre une telle action. Dès lors, il s’agirait d’augmenter le coût de l’acte terroriste pour les jihadistes dans l’espoir de les désinciter à commettre un tel acte. Et puisque la peine de mort, pour les kamikazes, reviendrait à exaucer leur souhait, appliquons-leur la peine de vie.

C’est justement là que ce raisonnement commet une erreur grossière sur la psychologie des kamikazes. On leur propose en quelque sorte d’abdiquer leur but suprême au profit de quelque chose pratiquement dénué de valeur. C’est une situation que l’on connaît bien en sciences humaines. L’expérience a déjà été tentée de proposer par exemple de l’argent à des militants pour qu’ils cessent de militer. Non seulement cette incitation n’a pas fonctionné, mais elle a même eu l’effet contraire, elle les a renforcé dans leurs convictions de militants. En proposant la perpétuité aux jihadistes, on essaye d’influencer leur conduite grâce à une désincitation, en l’occurrence la peur. C’est exactement ce qu’il faut pour les renforcer dans leur conviction. Voila pourquoi on peut espérer que l’idée de la prison à perpétuité ne durera qu’un instant.

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Guillaume Erner
Guillaume Erner