Manifestation en faveur de la PMA en France.
Manifestation en faveur de la PMA en France. ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Manifestation en faveur de la PMA en France. ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Manifestation en faveur de la PMA en France. ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Publicité

C’est ce que pense l’Académie de médecine, et c’est une bonne nouvelle...

La bonne nouvelle c’est qu’une académie spécialisée a priori dans les sciences exactes s’intéresse enfin aux sciences humaines, et on ne savait pas que l’Académie de médecine s’intéressait à l’anthropologie. 

Sur le fond en revanche que penser de cette assertion ? Chacun peut défendre ou critiquer la possibilité de concevoir un enfant sans père mais peut-on le faire en invoquant la rupture anthropologique que cela créerait. Alors, si vous demandiez à Claude Lévi-Strauss je suis sûr qu’il vous répondrait « non » sans hésiter. Dans son Anthropologie structurale zéro, qui vient d’être publiée, Lévi-Strauss critique l’idée de rupture dans les sociétés humaines et considère que l’on a au contraire affaire à des évolutions progressives, lesquelles s’opposent à l’idée d’une quelconque nature humaine. Pour Lévi-Strauss, le naturel existe, mais moins qu’on ne le pense. 

Publicité

Or, ce qui est intéressant dans cette accusation de l’Académie de médecine, c’est que l’on voit clairement qu’elle utilise un mot pour un autre, l’Académie dit qu’il s’agit d’une rupture anthropologique comme s’il s’agissait de dire que la PMA sans père était contre nature… Et comme on ne peut plus associer l’homosexualité et une supposée contre nature, l’Académie utilise cette périphrase « rupture anthropologique ». Mais précisément, le propre de l’anthropologie, par rapport à une hypothétique nature humaine, c’est d’être constamment en mouvement. Toute l’œuvre de Lévi-Strauss sur les systèmes de parenté vise à illustrer l’assertion selon laquelle il n’y a pas d’invariants humains, depuis les sociétés matrilinéaires jusqu’aux sociétés patrilinéaires, avec des communications incessantes entre les unes et les autres. La France a subi, par exemple, une rupture anthropologique au 13ème siècle en matière de système d’héritage, le Béarn a échappé à cette rupture, les Béarnais n’en sont pas moins humains et français, enfin je crois. L’anthropologique, à la différence du naturel, c’est ce qui supporte la rupture. 

En revanche, la bonne nouvelle, c’est que la PMA préserve le naturel en la personne, puisque la nature, c’est aussi le désir de se prolonger, non pas le droit à l’enfant comme cela est dit souvent sur un mode péjoratif, mais le désir d’enfant qui semble être inscrit en la plupart d’entre nous. D’où cette question : au nom de quel système anthropologique une académie de médecine voudrait-elle interdire un désir aussi naturel chez l’humain que le désir d’enfant ?