Marine Le Pen prononce un discours à Hénin-Beaumont suite au premier tour des élections présidentielles, en avril 2017 ©AFP - ALAIN JOCARD
Marine Le Pen prononce un discours à Hénin-Beaumont suite au premier tour des élections présidentielles, en avril 2017 ©AFP - ALAIN JOCARD
Marine Le Pen prononce un discours à Hénin-Beaumont suite au premier tour des élections présidentielles, en avril 2017 ©AFP - ALAIN JOCARD
Publicité
Résumé

Pour Jean-Marie Le Pen, la chose est claire, le FN ne peu s'appeler que Front National.

avec :

Guillaume Erner (Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture).

En savoir plus

En fait nous vivons une époque incroyablement nominaliste…

Eh bien oui, comme vous le savez l’histoire de la philosophie occidentale est celle de la lutte du FN contre le RN, le Rassemblement National. Depuis le XIIème siècle, on débat de cela, enfin presque. Aucun philosophe du Moyen Age n’a formellement expliqué que le Front National devait, ou ne devait pas changer de nom. Mais tous ont pris position dans un intense débat ou il s’agissait de savoir si les noms correspondaient au contenu des choses. Cette polémique qui agita les penseurs médiévaux a même un nom : il s'agit de la querelle des universaux. Elle consiste donc à déterminer si la réalité est nommée de manière arbitraire, si par exemple le FN aurait pu s'appeler brosse à dent. 

Publicité

Mais tout peut arriver, je vous rappelle par exemple que les TGV ont été rebaptisés In-Oui. Alors même qu'ils sont toujours chers, parfois en retard, bondés… De la même façon, le FN n’est pas jusqu’ici ce qui rassemblait la nation. D'ailleurs deux partis continuent à s'opposer au sein du FN, ceux qui pensent que les noms existent par rapport aux choses, « in re » en latin, ou bien ne sont que des étiquettes arbitraires accolées aux choses, autrement dit « post rem ». 

Pour Jean-Marie Le Pen, la chose est claire, le FN ne peu s'appeler que Front National. Maintenant, il parait que le Rassemblement National ça ne convient pas aussi parce que le nom serait déjà pris. C’est cela la difficulté d’une position nominaliste, changer la chose impose de changer le nom, donc il ne lui reste plus qu’à trouver un nouveau nom, une opération un peu compliquée : le FN ressemble désormais à une religion qui voudrait changer de nom, sans changer de dieu.

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Guillaume Erner
Guillaume Erner