Logo de Paris Match.
Logo de Paris Match.
Logo de Paris Match.
Logo de Paris Match.
Logo de Paris Match.
Publicité
Résumé

Absolument, mais pas ensemble, et c’est en une de Paris Match….

En savoir plus

Ça n’est pas évident d’écrire Paris Match, je ne sais pas si vous avez déjà essayé. L’essentiel est dans le non-dit, cela ressemble à une suite de jugements de faits mais, en réalité, ce sont des jugements de valeur… 

C’est ainsi que Match présente le mariage de Manuel Valls avec Susana, je cite, « héritière des laboratoires pharmaceutiques Almirall », mariage à Minorque où Susana, je cite toujours Paris Match, possède une « finca », magnifique propriété de 10 hectares. Un mariage plus gai que Matignon explique le magazine, avec un prix Nobel et même des socialistes, enfin des ex-socialistes précise Match, la plume trempée dans l’acide. Valls a souhaité que cet évènement soit privé, poursuit Match, blagueur, et effectivement le magazine ne lui consacre que six pages — l’évènement eut été public, cela aurait donné lieu à un numéro spécial. 

Publicité

Autre remariage qui préoccupe Paris Match, celui de son employée, Valérie Trierweiler, « la journaliste présente son compagnon », car ajoute Match, Valérie a retrouvé le bonheur d’aimer, et le magazine de poursuivre sur un étonnant exercice de réflexivité, puisque l’article de Paris Match évoque combien Valérie Trierweiler a fait de couvertures de Paris Match, comment, je cite Match, « connaissant son intimité avec François Hollande, on l’avait priée de ne plus participer aux conférences de rédaction ». 

Manuel Valls, Valérie Trierweiler, deux personnages que Match a suivis dans leurs amours et présente dans leurs nouveaux amours, vérifiant en cela les conclusions du philosophe Stanley Cavell : les comédies majuscules aujourd’hui sont les comédies du remariage. Ce qui fait rêver expliquait-il en substance, ce n’est pas le mariage, chacun sait qu’il n’est pas heureux, c’est le remariage, lui au moins porte une promesse de bonheur. Il y la vie conjugale, expliquait Cavell, laborieuse, pleine d’obligation — Valérie attendant François, François ne venant pas, qu’est-ce qu’il pouvait bien faire, ou encore François pourquoi ne venait il pas se coucher ? — et puis il y a ce nouvel amour, où la liberté règne, il n’y a plus que de la légèreté, la seule contrainte est celle du bonheur, en attendant peut-être le « re-remariage ». Mais ça, bien sûr, pourquoi en parler, puisque de toute façon Paris Match est encore le dernier lieu où l’on croit en l’amour. 

L’amour est à Paris Match ce que la révolution est à l’humanité : la, c’est sûr, ça va marcher. 

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
David Jacubowiez
Réalisation