Cimetière du Père Lachaise
Cimetière du Père Lachaise
Cimetière du Père Lachaise ©AFP - MANUEL COHEN
Cimetière du Père Lachaise ©AFP - MANUEL COHEN
Cimetière du Père Lachaise ©AFP - MANUEL COHEN
Publicité
Résumé

Ce matin, j’aimerais parler de marronniers. Enfin de marronniers journalistiques, c'est-à-dire de ces sujets qui reviennent chaque année, particulièrement en période de pénurie d’actualité. Généralement, il y a les régimes avant l’été, Dieu en été, et la mort en général pour la Toussaint.

avec :

Guillaume Erner (Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture).

En savoir plus

Ce matin j’aimerais parler de marronniers. Enfin de marronniers journalistiques, c'est-à-dire de ces sujets qui reviennent chaque année, particulièrement en période de pénurie d’actualité. Généralement, il y a les régimes avant l’été, Dieu en été et la mort en général pour la Toussaint.

Pourquoi y a-t-il une période, et une période seulement où la mort à droit de cité dans les médias ? Je dis cela parce qu’en fait, la différence entre les fraises et la mort, c’est qu’en matière de cassage de pipe, il n’y a pas vraiment de saison. Finalement, les marronniers sont la version laïque du calendrier religieux. La Toussaint, cela incite à parler de la mort. Pire encore, cela donne le droit de parler de la mort, comme si à la Toussaint l’actualité c’était la Toussaint. C’est cela la spécificité des marronniers : donner le droit d’évoquer un sujet et créer ex-nihilo de l’actualité.

Publicité

L’actualité, c’est ce qui donne le droit de parler d’un sujet. La semaine de la Toussaint, la mort ressuscite tandis que les 51 autres semaines, elle retourne dans son tombeau pour n’en point sortir. La mort est vivante pendant environ sept jours. Tant pis pour les philosophes qui se sont épuisés à expliquer que la mort faisait partie de la vie, la mort fait naitre des pelletées de sujet, du prix des chrysanthèmes aux cercueils écologiques. Avec tout de même, une vraie constante autour de la crémation, puisque l’on assiste à une quantité de reportages sur l’histoire d’amour nouée entre les Français et la crémation. La crémation, une mode bien vivante.

Mais au bout du compte, le marronnier remplit son rôle : réserver un petit espace pour la mort, rassembler les idées morbides dans un petit coin du calendrier. Pour ceux qui trouvent la mort mortelle, rassurez vous dans une semaine celle-ci est appelée à crever, à retourner bien gentiment pendant 51 semaines dans son tombeau.

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production